“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Procès Pastor: défense et accusation s'écharpent sur le mobile financier

Mis à jour le 02/10/2018 à 11:46 Publié le 02/10/2018 à 11:41
Procès Pastor / Illustration

Procès Pastor / Illustration Photo F.C.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Procès Pastor: défense et accusation s'écharpent sur le mobile financier

Dix personnes sont jugées devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence, pour les assassinats à Nice en mai 2014 de la richissime femme d'affaires monégasque Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich, dont le gendre de la milliardaire. Cette troisième semaine du procès de l'affaire Pastor est placée sous un angle économique.

Au douzième jour d'audience du procès à Aix-en-Provence des assassins présumés de la milliardaire monégasque Hélène Pastor et de son majordome Mohamed Darwich, défense et accusation s'affrontent à nouveau mais cette fois sur le mobile financier.

Depuis deux jours, la cour d'assises tente d'y voir clair dans les sociétés de Wojciech Janowski, gendre d'Hélène Pastor et commanditaire présumé du double crime survenu le 6 mai 2014 à Nice. Il apparaît que le suspect ne tirait pas de revenus de ses entreprises. "Et alors ?", s'emporte Me Eric Dupond-Moretti. "Quel est le lien avec la mort d'Hélène Pastor. Janowski n'était pas son héritier."

>> RELIRE. Notre reporter a assisté à la deuxième semaine du procès Pastor à Aix: voici ce qu'il en retient

La défense reproche à l'avocat général Bruno Cortès d'avoir fait citer "pléthore de témoins", censés éclairer la cour et les jurés sur le volet financier du dossier. L'accusation réplique: "C'est la défense de M. Janowski qui a invité le juge d'instruction à pousser les investigations financières."

La défense estime aujourd'hui que cet aspect de l'enquête "pourrit l'audience avec des choses anecdotiques", dixit Eric Dupond-Moretti. "On a construit de toute pièce un mobile financier ", critique l'avocat.

Les enquêteurs restent persuadés que les mauvaises affaires de Janowski, notamment en Pologne, l'auraient poussé à éliminer la mère de sa compagne. Compagne dont l'argent servait à faire fonctionner artificiellement les sociétés de Wojciech Janowski.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.