“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Prison ferme pour deux jeunes voleurs d'une villa de Roquebrune

Mis à jour le 09/02/2015 à 07:56 Publié le 09/02/2015 à 07:32
Palais de Justice de Monaco 3
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Prison ferme pour deux jeunes voleurs d'une villa de Roquebrune

En septembre dernier, priés de descendre en gare de Monaco, deux jeunes hommes avouent aux policiers monégasques qui procédaient à leur contrôle d'identité, avoir commis un cambriolage à Roquebrune peu avant d'embarquer

En septembre dernier, priés de descendre en gare de Monaco, deux jeunes hommes avouent aux policiers monégasques qui procédaient à leur contrôle d'identité, avoir commis un cambriolage à Roquebrune peu avant d'embarquer

Le 28 septembre dernier, deux jeunes hommes, la vingtaine, ont cambriolé une riche demeure de Roquebrune-Cap-Martin, juste avant de prendre le train.

S'ils avaient simplement acquis leur titre de transport SNCF à Carnolès, ils auraient sans doute pu rejoindre sans encombre Nice, où ils résident, avec leur butin dissimulé dans des grands sacs de sports.

Mais ils ont fraudé et ont été pris par les agents ferroviaires pour défaut de paiement. Avec l'obligation de descendre du train à la prochaine station… celle de Monaco.

Et au cours d'un contrôle d'identité en gare de Monaco, ils ont avoué leur forfait aux policiers et ont été aussitôt incarcérés dans la journée à la maison d'arrêt.

Accusés de vol, les deux prévenus, menottés, ont comparu devant le tribunal correctionnel où ils ont été condamnés, respectivement, à un an et huit mois de prison ferme.

On voulait voler la voiture, on n'a pas pu ouvrir le garage

«Dans vos sacs,annonce le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle,il y avait des clés de voiture, passeports, parfums, bijoux, ordinateurs portables, consoles de jeux, un poing américain, une clé à molette, un tournevis… Les enquêteurs ont rapidement établi le lien avec un cambriolage chez une dame de cette commune limitrophe qui a reconnu ses biens. Comment êtes-vous rentrés ?»

«Nous avons forcé la porte. On a fouillé toutes les pièces et on a pris tous les objets de valeurs.»

«Et les clés ?» demande le président.

«Comme on n'avait pas d'argent pour payer le train, on avait l'intention de voler la voiture. Mais on n'a pas pu ouvrir le garage…»

«De quoi vivez-vous ?»

«Nous sommes sans profession et sans revenus. On cherche du travail depuis des mois. Mais sans succès…»

Sans partie civile, le procureur Cyrielle Colle évoquera à son tour des faits graves «même s'il n'y a pas eu de troubles en Principauté».

Et d'ajouter «une préméditation importante pour ce cambriolage. Le premier portait des chaussettes et le second des gants afin de ne laisser aucune trace. Si l'un est primo-délinquant, vous le condamnerez à six mois d'emprisonnement ferme. L'autre, récidiviste avec plusieurs mentions sur son casier français, à dix mois.»

Pour défendre ses clients, Me Charles Lécuyer avancera «leur coopération. Vous devez aussi prendre en considération leur déclaration de vouloir trouver du travail à la sortie de prison, de leur attitude dès leur inculpation. Vous ferez preuve de la plus grande clémence pour des faits commis en France. L'un d'eux a un enfant de trois ans et il doit subvenir à son éducation…»

Mais le tribunal alourdira les peines requises par le ministère public.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.