Prison ferme après avoir percuté un CRS à la suite d’un refus d’obtempérer à Spéracèdes

Un Cagnois avait foncé sur un CRS qui procédait à un contrôle. Il comptait de nombreux délits routiers à son casier judiciaire et circulait sans assurance. Il a été condamné à trois ans et six mois de prison.

Article réservé aux abonnés
Jean Stierlé Publié le 03/11/2022 à 21:00, mis à jour le 03/11/2022 à 20:55

Cela tient un peu du miracle. Ce motard de la CRS du DUMZ (Détachement unité motocycliste zonal), père de famille de 43 ans au physique de rugbyman, a échappé de peu à une issue fatale le 14 octobre dernier.

Propulsé dans les airs après un choc violent avec un fuyard déterminé, son équipement et sa corpulence lui ont sans doute sauvé la vie (5 jours d’ITT).

En faction sur la D4 (route de Saint-Vallier à hauteur du ball-trap), il venait de contrôler un véhicule avec sa collègue. Sur cette portion de route limitée à 70km/h, les deux agents voient arriver à vive allure un véhicule Peugeot 206. Ils font les gestes réglementaires pour demander au conducteur de stopper.

"Il m’a regardé droit dans les yeux et a accéléré"

Au volant un Cagnois de 22 ans, Paul Cangelosi, défavorablement connu des services de police, comptant de nombreux délits routiers à son casier judiciaire (5 sur 7 mentions).

"Il était à la limite de la perte de contrôle de son véhicule. Il a donné des coups de volant, un coup à droite, un coup à gauche, il zigzaguait. Impossible de choisir un côté pour éviter la collision. Il m’a regardé droit dans les yeux et a accéléré. Je me suis retourné en attendant le choc", témoigne à la barre le motard rescapé, mercredi, devant le tribunal judiciaire de Grasse.

 

Tout penaud dans son box, sa famille présente pour le soutenir, le prévenu, en préventive depuis 19 jours livre sa version des faits. "Je suis arrivé trop vite, je n’ai pas pu l’éviter. Ce n’était pas volontaire. J’ai été pris de panique et je me suis enfui. J’étais inconscient, je suis prêt à me racheter", avoue-t-il sur le ton du désespoir.

Depuis 6 ans sans assurance

Il conduisait cette auto depuis environ 6 ans, sans assurance au moment des faits, retrouvée calcinée par ses soins dans un fossé près d’Andon. "Un véhicule qu’on se passe de copain en copain. J’avais un rythme de vie pas normal."

La procureure de la République l’invite à préciser cette dernière assertion, mais conclut finalement: "Ce que vous présentez comme une fatalité ce sont de mauvais choix que vous faites et vous les enchaînez!"

Le ministère public estime qu’il y a une volonté délibérée de transgresser la loi et assure de la nécessité de stopper cette délinquance routière, notamment en constatant le nombre croissant des refus d’obtempérer.

 

Cinq ans de prison dont un avec sursis probatoire pendant 2 ans et maintien en détention sont requis.

A la défense, Me Jawed Dani reconnaît que son client "qualifie lui-même son acte comme étant impardonnable, n’était ni alcoolisé ni sous l’emprise de stupéfiants, et a reconnu les faits". Le jeune homme sera condamné à 3 ans et six mois de prison avec maintien en détention.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.