“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Prison avec sursis pour un Polonais en possession de cannabis, amphétamines, héroïne et plus de mille cachets

Mis à jour le 25/07/2016 à 05:11 Publié le 25/07/2016 à 05:11
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Prison avec sursis pour un Polonais en possession de cannabis, amphétamines, héroïne et plus de mille cachets

« Où avez-vous acheté les stupéfiants ? » demande le président Jérôme Fougeras Lavergnolle.

« Amphètes et héroïne, des amis m'ont dépanné à Berlin. L'herbe, je l'ai achetée à Beausoleil. J'avais consommé un joint avant de venir à Monaco… » Le président, sans faire de généralisation hâtive : « C'était perceptible, vous aviez les yeux rouges et les pupilles dilatées. Que faisiez-vous à Monte-Carlo ? Pourquoi déteniez-vous autant de médicaments, une somme de 3 000€ et plusieurs téléphones ? »

Le prévenu, dans un français approximatif, explique dans l'ordre : « Ma vie est différente des gens normaux. Je me loge au gré des rencontres et quand les circonstances le permettent. Mais ma passion c'est surtout de dormir au bord de la mer. Tous ces comprimés représentent ma dose mensuelle pour calmer les douleurs d'un handicap depuis ma jeunesse. Ils ont été achetés sur le marché noir à Montpellier. Quant aux téléphones, c'est pour mon métier et l'argent me sert aux dépenses pendant mon voyage… »

Avec un casier français entaché pour stupéfiants et son comportement au moment de son interpellation, le procureur Cyrielle Colle n'a aucun doute.

« Un handicap sérieux »

« C'est un toxicomane qui a l'air suffisamment atteint. Ses problèmes de dos, il ne les soignera pas avec les cachets retrouvés. Un rapide calcul démontre que sa dose journalière dépasse les trente cachets… Il est également connu pour usage de stupéfiants en Belgique par Interpol. Quinze jours ferme pour qu'il ne déambule plus dans les rues de Monaco dans pareil état. »

La défense essaiera de sortir le prévenu de l'unique contexte de l'addiction à une substance nocive.

« Comme il souffre d'un handicap sérieux, rappelle Me Raphaëlle Svara, depuis sa garde à vue, mon client est dépendant de ses cachets et drogues afin de calmer ses douleurs. Au point que sa compagne lui a confié un stock pour tenir suffisamment jusqu'à son retour à Montpellier. Une peine avec sursis me paraît la mieux adaptée ! »

Après en avoir délibéré, le tribunal relaxera le prévenu des faits d'usage, mais le condamnera à huit jours de prison avec sursis pour détention.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct