“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pour la nouvelle procureure générale, Sylvie Petit-Leclair, sa "nouvelle nomination à Monaco est un véritable défi"

Mis à jour le 02/10/2018 à 08:41 Publié le 02/10/2018 à 10:00
Sylvie Petit-Leclair, ce lundi au cours de son discours d’installation.

Sylvie Petit-Leclair, ce lundi au cours de son discours d’installation. Photo JFO

Pour la nouvelle procureure générale, Sylvie Petit-Leclair, sa "nouvelle nomination à Monaco est un véritable défi"

À l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire 2018-2019, la nouvelle procureure générale de la Cour d'appel de Monaco, Sylvie Petit-Leclair, a prononcé son discours d'installation. Une "nomination" qu'elle estime être "un véritable défi".

Ses motivations

"Le côté international premièrement. C’est pour cela que j’ai sollicité ce poste, avant que ma candidature soit acceptée par la ministre de la Justice française puis pas les autorités monégasques. J’ai une carrière atypique pour un magistrat de ma génération, pour avoir exercé des fonctions au siège, au parquet et à l’étranger. Je considère que cette nomination à Monaco constitue un véritable défi, sans doute le dernier de ma carrière, compte tenu de mon âge. Mais il ne s’agira pas pour moi d’être une magistrate française à l’étranger pour défendre les intérêts de la France. Je travaille désormais pour la justice monégasque. Et si je constate qu’elle n’est pas très éloignée de la justice française, je devrai veiller à ne pas faire d’amalgame."

>> RELIRE. Ce qu'il faut retenir de la rentrée judiciaire à Monaco.

Son regard sur Monaco

"Je n’avais jamais beaucoup travaillé avec Monaco en dépit de mon passé à l’international. Ce que j’ai pu dire à chacune des personnalités que j’ai rencontrées, c’est qu’au cours des trois années que j’ai passé à Eurojust, Monaco n’a jamais été cité comme l’un des pays susceptibles d’accueillir des produits du crime. Je suis venue ici en toute confiance. Je sais qu’il y a eu quelques problèmes l’année dernière. La première présidente a évoqué, dans son discours, ces difficultés. Aujourd’hui, je souhaite surtout de l’apaisement et travailler dans la plus grande confiance avec les forces de police et avec mes collègues du siège. Comme je l’ai indiqué, et je le réaffirme, la justice est une longue chaîne."

Les négociations avec l'Union européenne

"Je suis au courant de ces affrontements. Je suis une femme pragmatique, peut-être mon passage en Grande Bretagne et aux Pays-Bas m’y a incitée. J’aimerais que certaines dispositions simplifiées qui ont été prises par l’Union européenne dans le cadre purement judiciaire – notamment concernant des demandes d’extradition – puissent éventuellement être appliquées. Je pourrais apporter mon expérience pratique pour tenter d’expliquer aux autorités monégasques que, peut-être, ces instruments pourraient être utilisés en Principauté. Mais je ne souhaite influencer aucune décision, seulement apporter le fruit de mon expérience."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct