“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pastor : trois perpétuités

Mis à jour le 18/10/2018 à 05:27 Publié le 18/10/2018 à 05:27

Pastor : trois perpétuités

Le commanditaire, le guetteur et l'exécuteur de la milliardaire Hélène Pastor et de Mohamed Darwich, son majordome, ont été condamnés à la peine maximale, après un mois de procès

C'est un procès marathon de cinq semaines qui se termine par un sprint du président de la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, Pascal Guichard. Dix accusés, à peine six heures de délibéré et le verdict est tombé, hier à Aix-en-Provence. À l'ensemble des questions sur la culpabilité de Wojciech Janowski, 69 ans, présenté comme le commanditaire des assassinats d'Hélène Pastor, 77 ans, et de son majordome, Mohamed Darwich, 56 ans, il a été répondu « oui », rapporte le magistrat. Les avocats des deux côtés de la barre ont déjà compris.

Le gendre de la milliardaire est reconnu coupable de la complicité des meurtres par guet-apens de la riche Monégasque et de son chauffeur. Un crime sordide survenu le 6 mai 2014 devant l'hôpital l'Archet de Nice.

Dans le box, Wojciech Janowski, qui, hier matin, juste avant le délibéré, a présenté des excuses à Sylvia, son ex-compagne et ses filles, reste impassible. Pas de peine de sûreté spéciale de vingt-deux ans comme l'avait requis l'avocat général Cortès mais une peine de sûreté automatique de dix-huit ans.

Deux meurtres pour 25 000 euros

Même sanction pour Samine Said Ahmed, 24 ans au moment du drame. Ce petit délinquant marseillais issu de la communauté comorienne est coupable d'avoir tiré au fusil de chasse sur les deux victimes piégées dans l'habitacle du Lancia Voyager. Mutique lors des débats, il a été recruté à 1 heure du matin le jour du drame. À 19 heures, il était sur les hauteurs de Nice, fusil dissimulé dans un sac de sport, pour une promesse de 25 000 euros. Les louables efforts de Me Fayolle, son avocat, n'ont pas suffi à faire naître le moindre doute dans l'esprit des jurés sur sa culpabilité.

Al Haïr Hamadi, autre protagoniste marseillais, écope lui aussi de la réclusion criminelle à perpétuité. Il était le recruteur, le guetteur, celui qui a donné le top départ de la double exécution.

Pascal Dauriac, 49 ans, coach sportif de Janowski, le seul à assumer ses responsabilités depuis sa garde à vue à la police judiciaire de Nice, a été condamné à trente ans de réclusion. Il a été la cheville ouvrière de cette sinistre entreprise. Son avocat, Me Phung, qui avait démontré l'emprise de Janowski sur cet homme, pouvait légitimement espérer une sanction inférieure.

La nièce de Janowski condamnée

Abdelkader Belkhatir (Me Lantelme), beau-frère de Dauriac, qui a joué un rôle dans la recherche du tueur, a été condamné à douze ans de réclusion. Salim Youssouf (Me Keita), gendarme auxiliaire et fournisseur de munitions, a écopé de huit ans de prison.

Anthony Collomb et Omar Lohore, qui ont eu le tort de trop fréquenter Hamadi, ont été acquittés. Il n'a pas été démontré qu'ils étaient au courant du funeste dessein de leur ami.

Francis Pointu, qui a livré un faux témoignage pour à la fois extorquer de l'argent à Janowski et le disculper, a été condamné à deux ans de prison. Il reste libre.

Me Katarzyna Janowska (Me Ceccaldi), nièce polonaise de Janowski, qui a permis de rémunérer Pointu, a été acquitté de la subornation de témoin. En revanche, la cour d'assises l'a reconnue coupable d'avoir introduit à la prison des Baumettes une puce téléphonique pour son oncle. Un délit qui lui vaut six mois de prison avec sursis.

Il ne fait déjà aucun doute qu'il y aura un second procès Pastor. Les trois condamnés à la perpétuité l'ont déjà laissé entendre par la voix de leurs conseils.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct