“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

On en sait plus sur l'opération de police menée ce mercredi en mairie d'Eze

Mis à jour le 09/06/2021 à 16:04 Publié le 09/06/2021 à 16:04
Eze.

Eze. Photo C. P

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

On en sait plus sur l'opération de police menée ce mercredi en mairie d'Eze

Dans un communiqué envoyé à la presse ce mercredi après-midi, Xavier Bonhomme le procureur de la République confirme les informations de Nice-Matin au sujet de perquisitions et d'une opération de police en cours, notamment à la mairie d'Eze.

"Ces opération s'inscrivent dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet le 26 avril 2021 des chefs de trafic d'influence actif et passif par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, prise illégale d'intérêts, détournement de fonds publics, favoritisme."

Le procureur niçois rappelle que c'est le procureur financier de la Chambre régionale des comptes qui a donné l'alerte le 7 avril après un contrôle de la gestion de la commune d'Eze.

"Cette enquête porte sur les circonstances de plusieurs opérations immobilières et de marchés publics consentis par la municipalité, pour l'essentiel depuis 2014, sous les mandats successifs de son maire actuel, M. Stéphane Cherki."

Les services spécialisés dans les infractions financières de la police judiciaire sont chargés de l'enquête.

Le maire a prévu de rendre public le rapport qui l'incrimine lors du conseil municipal de jeudi.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.