Rubriques




Se connecter à

"Notre famille a explosé": le poignant témoignage d'Abdelkader, le frère de Samir Ben Hassen assassiné à Menton

Depuis ce lundi, Melek Tozri est comparait devant la cours d'assises des Alpes-Maritimes après avoir tué Samir Ben Hassen sur fond de rivalité amoureuse, en 2018 à Menton. La famille de la victime est venue livrer un poignant témoignage à la barre.

Ch. P. Publié le 14/01/2022 à 09:39, mis à jour le 14/01/2022 à 09:24
Melek Tozri, auteur du coup de feu mortel le soir du 29 mai 2018, impasse de la Maison-de-Russie à Menton, s’était rendu à la police quatre jours plus tard. Photo DR

Abdelkader, l’aîné des six enfants Ben Hassen, a tenu à témoigner jeudi de la dévastation provoquée par le meurtre de Samir, son petit frère. "Nous étions une famille soudée. Elle a explosé", constate cet homme de 38 ans.

Venu au procès avec son avocate Houde Khadraoui-Zgaren en quête d’explications, il reste frustré. Impossible, de connaître les raisons qui ont poussé Melek Tozri à tuer d’une balle de 7.65 Samir, 33 ans, sous les yeux de ses parents et de sa fille de 7 ans.

Samir Ben Hassen, 33 ans, a été tué par balle dans le dos Photo DR.

"Samir était aimé. Il a d’ailleurs hébergé Tozri à une époque. Il avait toujours le sourire, se souvient Abdelkader. Mais c’est vrai il ne se laissait pas faire, il était bagarreur. Est-ce que c’était un criminel pour se faire tuer comme ça?"

Des avocats de la défense avaient regretté l’absence de Karim, le frère jumeau de Samir. Abdekader, en pleurs, la justifie: "Il est où Karim? Il est enterré avec Samir. Ce n’est pas une moitié qu’on lui a enlevée... On ne peut avoir une discussion avec lui. Il n’a pas voulu être suivi psychologiquement."

 

Deux familles détruites, un frère jumeau perdu, une fillette qui peine à se reconstruire… Les dégâts collatéraux ont été considérables dans cette guerre d’ego qui s’est si mal terminée. 

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.