Manoir isolé, femmes prises au piège, footballeur "prédateur"... Le procès de Benjamin Mendy pour viols a débuté en Angleterre

Jugé pour viols en Angleterre, le champion du monde de football Benjamin Mendy a été présenté lundi 15 août comme un "prédateur" ayant abusé de victimes "vulnérables, terrifiées et isolées". Avant le témoignage des victimes, de premiers éléments sur les accusations de viols ont été révélés par le procureur. On fait le point.

La rédaction Publié le 16/08/2022 à 12:41, mis à jour le 16/08/2022 à 12:59
Le procès de Benjamin Mendy, passé notamment par l'AS Monaco, doit durer plus de trois mois. Photo AFP

Benjamin Mendy, footballeur français suspendu depuis un an par son club Manchester City, comparaît à Chester, dans le nord de l'Angleterre, pour huit viols, une tentative de viol et une agression sexuelle contre sept femmes.

Après deux premières journées de procès consacrées au choix des jurés et à l'organisation des audiences, le tribunal est rentré dans le vif du sujet lundi 15 août, avec le début de l'exposé de l'accusation. Pendant plus de trois heures, face au jury d’assises, le procureur Timothy Cray a lu l’opening note, une synthèse en 131 points du dossier d’accusation.

Que s’est-il passé dans le manoir de Benjamin Mendy ?

Formé au Havre puis passé par Marseille et Monaco, le footballeur nie les dix chefs d’accusation, qui concernent des faits qui se seraient déroulés entre octobre 2018 et août 2021 à son domicile de Prestbury, dans le Chesire.

Une vingtaine de belles demeures se nichent le long de cette petite voie discrète, l'une des plus recherchées du coin (et des plus chères aussi sur le marché de l'immobilier local), dans ce "triangle d'or" rural, comme le rapporte le journal L’Equipe. Le village le plus proche, Prestbury, se trouve à 15 minutes à pied, le long d'une route de campagne non éclairée.

Cette fameuse maison, évoquée depuis le début de l’affaire il y a un an, est un "manoir", pour reprendre les termes du procureur. Un luxueux domicile dans lequel les jeunes victimes présumées pouvaient se sentir "vulnérables, terrifiées et isolées". Les premiers détails des accusations de viols visant le footballeur ont ainsi été révélés.

 

Le téléphone de certaines femmes, qui avaient 17 ou 18 ans au moment des faits présumés, a pu être confisqué quand elles se rendaient au domicile du joueur, ce dernier craignant des publications sur les réseaux sociaux.

Des victimes enfermées dans une chambre sécurisée

D'autres victimes ont également rapporté avoir eu l'impression d'être enfermées dans des chambres. Une vidéo des différentes pièces du domicile du joueur a été diffusée. Sur les images, comme l’indique le quotidien britannique The Guardian, des serrures bien spécifiques sont visibles. Elles correspondent à des serrures de panic rooms. Soit des chambres sécurisées, fermées de l’intérieur, initialement conçues pour se protéger des cambrioleurs. Et qu'il savoir comment ouvrir pour en sortir…

L’Equipe rapporte une scène qui se serait déroulée à l’intérieur de cette chambre sécurisée, après que le footballeur s'est aperçu qu'une des femmes avait envoyé un message à un ami: "Mendy lui a dit qu'il voulait juste la regarder et qu'il lui rendrait le téléphone si elle se déshabillait", a expliqué le procureur. "Il a également signalé que la porte de la chambre était verrouillée."

La plaignante "s'est déshabillée, mais a gardé son string. Mendy a alors jeté son téléphone sur le lit. Alors qu'elle se penchait pour ramasser le téléphone, il s'est positionné derrière elle, en s'avançant. Il l'a ensuite violée [...] par-derrière. Elle lui a dit à plusieurs reprises: 'Non, c'est trop. Je ne veux pas' et elle lui a fait comprendre qu'elle voulait partir. C'est alors que Mendy l'a violé par voie orale".

"A notre époque, plus personne ne peut ignorer que 'non' signifie 'non'", a rappelé Timothy Cray, que vous soyez "au bar, en tenue de soirée ou au domicile d'un footballeur".

 

Qui est Louis Saha Matturie, l'autre coaccusé dans ce procès?

Il est l’autre accusé dans cette affaire. Louis Saha Matturie, 41 ans (aucun rapport avec l’ex-attaquant international français Louis Saha), est poursuivi pour huit viols et quatre agressions sexuelles sur huit femmes entre juillet 2012 et août 2021. Il a également plaidé non coupable.

Le procureur a mis en lumière les liens entre Benjamin Mendy et Louis Saha Matturie, jusque-là assez flous. Ce dernier, ami du footballeur, était chargé de "trouver des jeunes femmes et de créer des situations où elles pouvaient être violées et agressées sexuellement".

A l'époque, Mendy connaît "une période de succès et jouit d'une vie de privilégié". "Les portes des restaurants et des boîtes de nuit lui étaient ouvertes, les gens voulaient être avec lui" et "Saha faisait partie de ce monde, en contactant les filles, en les appelant", a détaillé l'accusation. Il a ainsi été présenté comme un "fixeur", un "assistant".

Selon le procureur, les accusés "savaient très bien ce qu'ils étaient en train de faire" et étaient "prêts à franchir la limite" du consentement "encore et encore". Il a qualifié les deux accusés de "prédateurs prêts à commettre de graves abus sexuels" sur des victimes plus jeunes.

Certaines victimes avaient 17 ou 18 ans au moment des faits présumés, a relevé le représentant de l'accusation, pointant des faisceaux concordants du dossier, "des femmes qui étaient saoules et ne se souvenaient de peu ou de rien, ou dormaient, ou se réveillaient".

Un procès qui doit durer plus de trois mois

Ce procès très médiatisé, qui se déroule à la Crown Court de Chester, au sud-ouest de Manchester, devrait durer plus de trois mois.

 

Libéré début janvier, Benjamin Mendy a été placé sous contrôle judiciaire dans l'attente de son procès. Âgé de 28 ans, vainqueur de la Coupe du monde 2018 avec l'équipe de France, où il jouait le rôle de bon camarade à défaut d'en être un joueur-clé, Benjamin Mendy a passé plus de quatre mois, d'août 2021 à janvier 2022, en détention provisoire.

Benjamin Mendy était devenu le défenseur le plus cher de l'histoire, en 2017, quand les Citizens avaient déboursé 52 millions de livres (environ 61,4 millions d'euros au cours actuel) pour s'attacher ses services.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.