“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Licencié pour faute, l'ex directeur du casino du Café de Paris attaque la SBM

Mis à jour le 05/10/2017 à 17:53 Publié le 05/10/2017 à 17:49
Eric Cicero.

Eric Cicero. Photo J. O

Licencié pour faute, l'ex directeur du casino du Café de Paris attaque la SBM

Eric Cicero, ex directeur du casino Café de Paris licencié depuis le 9 janvier, a décidé d'attaquer son employeur au tribunal du Travail de Monaco.

Licencié pour faute par la Société des Bains de Mer (SBM) depuis le 9 janvier dernier, Eric Cicero, directeur du casino Café de Paris, se sent "brisé".

Marié, père de trois enfants, ce Monégasque de 49 ans se dit "contraint de partir en exil pour exercer [son] métier".

Il a attaqué son employeur au tribunal du Travail.

Première tentative de conciliation le 23 octobre.

Pas de commentaires à la SBM

De son côté, la SBM ne veut pas s'exprimer "compte tenu du fait que le sujet porte sur un dossier en cours d’instruction, nous ne pourrons exprimer notre point de vue dans la presse à ce stade."

Que s’est-il donc passé entre le cadre et son employeur après vingt-cinq ans d’ancienneté?"

"J’ai été licencié pour faute après une mise à pied à titre conservatoire le 5 décembre 2016. Les motifs sont fallacieux. On me reproche d’avoir tenu des propos, en public, contraires à la stratégie de l’entreprise. C’est faux. Je ne me suis jamais exprimé à ce propos ni publiquement, ni même en commission privée. J’ai toujours donné mon avis de directeur, ce qui est dans l’exécution normale de mon contrat de travail."

"Je suis chassé de mon pays"

Eric Cicero apparaît comme très marqué par sa triste expérience.

"Du jour au lendemain, vous êtes brisé. C’est d’autant plus inconcevable, que c’est injuste. Je ne dors pas la nuit. Je suis chassé de mon pays."

Un pays qu’il n’a d’ailleurs pas encore quitté n’ayant toujours pas trouvé de nouvel emploi.


La suite du direct