Rubriques




Se connecter à

Les six caissières de la SBM reconnues coupables de détournement

Six caissières de la SBM ont été condamnées à des amendes pour cinq d'entre elles pour des faits d'abus de confiance

J.-M. F. Publié le 07/07/2016 à 05:05, mis à jour le 07/07/2016 à 05:05
Le tribunal correctionnel a prononcé des peines d'amende pour cinq prévenues et six moins de prison avec sursis pour une sixième. Photo Michael Alesi

Le 14 juin dernier, six caissières de la SBM se sont retrouvées à la barre du tribunal correctionnel (notre édition du 15 juin). La justice monégasque leur reprochait d'avoir conservé une partie de l'argent des droits d'entrée acquittés par les clients du casino de Monte-Carlo.

En majorité, les prévenues réfutaient toute malversation ou exaction. Et s'il y avait eu quelques tripatouillages de fonds, c'était uniquement pour combler les erreurs de caisse dues à un système de perception défaillant. L'affaire avait été mise en délibéré.

Les juges viennent de les déclarer coupables des faits d'abus de confiance. Cinq employées ont écopé de peines d'amende de 1.000 € chacune. La sixième, confrontée à des difficultés financières, avait reconnu plusieurs détournements : 1.458 € en totalité. Elle a été condamnée à six mois d'emprisonnement avec sursis. En outre, elles devront toutes verser solidairement à la partie civile l'intégralité des sommes détournées, soit quelque 2.000 €, plus les frais de procédure.

Modus operandi

Rappel des faits. Au cours de l'année 2015, la SBM note une absence anormale des déclarations des droits d'entrée. Une enquête est diligentée. À l'issue de leur délicate investigation, des inspecteurs des jeux de la SBM relèvent des détournements dans les recettes entre le 7 et le 10 octobre, avec un préjudice approximatif de 2 030 €.

 

Plusieurs combines étaient utilisées. Les hôtesses coupaient le ticket à 10 € en deux : une moitié était remise au client et l'autre moitié revendue. Soit un gain de 10 € pour la « caisse noire ». Dans le cas où le coupon sortait en trois exemplaires, un allait au client, l'autre était conservé et le troisième revendu. Ultime astuce : le billet « invité », donc offert gracieusement, était délivré moyennant un « montant forfaitaire » de 10 €.

Mais ces avantages frauduleux remontaient-ils au-delà d'une période abrogée par la prescription, comme le supputait l'avocat de la partie civile, Me Thomas Giaccardi ? « Aujourd'hui, vous jugez le sommet du sommet de l'iceberg, appréciait-il. Car le contrôle a été opéré sur un seul mois, avec un modus operandi démontrant une véritable organisation. »

Le procureur Cyrielle Colle réclamait des amendes, au moins 1 000 € avec sursis. Pour la plus impliquée, deux mois ferme. Ou six mois avec sursis liberté d'épreuve et obligation de rembourser.

 

Dans leurs plaidoiries, Mes Hervé Campana, Sarah Filippi et Arnaud Cheynut réclameront respectivement la clémence, la relaxe et le bénéfice des circonstances atténuantes. Le tribunal en a décidé autrement.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.