“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les États membres d’Interpol planchent en Pologne

Mis à jour le 08/06/2019 à 10:16 Publié le 08/06/2019 à 10:16
Olivier Jude, Richard Marangoni et Stéphane Giorgetti ont représenté Monaco en Pologne.	(DR)

Les États membres d’Interpol planchent en Pologne

Du 28 au 31 mai, le directeur de la Sûreté publique, Richard Marangoni, accompagné de Stéphane Giorgetti, chef par intérim de la division de police judiciaire, et d’Olivier Jude, chef de la section de coopération internationale, se sont rendus à Katowice (Pologne) pour participer à la 47e Conférence régionale européenne de l’Organisation internationale de police criminelle (OICP) Interpol.

Du 28 au 31 mai, le directeur de la Sûreté publique, Richard Marangoni, accompagné de Stéphane Giorgetti, chef par intérim de la division de police judiciaire, et d’Olivier Jude, chef de la section de coopération internationale, se sont rendus à Katowice (Pologne) pour participer à la 47e Conférence régionale européenne de l’Organisation internationale de police criminelle (OICP) Interpol.

Lors de ces réunions de travail, il a été proposé de moderniser les procédures en matière de renseignements. Ainsi, chaque État membre d’Interpol a été invité à présenter ses remarques pour améliorer, au niveau international, la transmission d’informations nécessaires à l’identification des criminels.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, en respectant la législation propre à chaque État, les recommandations se sont portées sur l’accroissement de la circulation des données biométriques, des empreintes digitales et des échantillons d’ADN pour certains individus dits « à risques ».

Enfin, dans le cadre de la lutte contre le trafic international de stupéfiants, le bureau Interpol a constaté qu’en Europe, ce fléau était toujours particulièrement lié au crime organisé. La création d’un réseau d’experts en cybercriminalité a également été proposée.

Par le biais de son bureau national, la Principauté de Monaco demeure un membre actif d’Interpol en matière de coopération internationale. La rapidité d’exécution des demandes d’arrestations transfrontières reste l’une des principales caractéristiques du BCN Interpol Monaco.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct