“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'enregistrement vidéo des aveux de Janowski diffusé au procès Pastor

Mis à jour le 03/10/2018 à 14:52 Publié le 03/10/2018 à 14:51

L'enregistrement vidéo des aveux de Janowski diffusé au procès Pastor

Dix personnes sont jugées devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence, pour les assassinats à Nice en mai 2014 de la richissime femme d'affaires monégasque Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich, dont le gendre de la milliardaire

Au treizième jour du procès des assassins d'Hélène Pastor et de son majordome Mohamed Darwich, le président Guichard a pris l'initiative- inhabituelle dans une cour d'assises -, de diffuser l'enregistrement vidéo des aveux de Wojciech Janowski lors de sa garde à vue en juin 2014 dans les locaux de la police judiciaire de Nice.

La caméra fixe cadre en gros plan le visage défait du suspect, col de chemise ouverte, couleurs saturées.

"Vous avez commandité ce meurtre oui ou non ?", questionne le commandant de police. Janowski s'essuie le visage avec son doigt. Long silence. On entend la policière taper sur son clavier.

"C'est oui Madame."

"J'ai demandé qu'il (ndr: Pascal Dauriac, son coach sportif) puisse m'aider à résoudre le problème avec ma belle mère." C'est le terme.

Le policier reformule : "J'ai commandité ce meurtre mais ce n'était pas en ces termes. J'ai demandé à Dauriac de résoudre le problème qu'était ma belle-mère."

Le gendre de la milliardaire explique qu'il a agi de la sorte pour protéger sa compagne, Sylvia, alors atteinte d'un cancer, de sa mère qui la harcelait.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct