“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le psychiatre qui facturait jusqu'à 148 consultations par jour, a-t-il escroqué les caisses sociales?

Mis à jour le 21/02/2018 à 12:12 Publié le 21/02/2018 à 05:12
"il s'agit d'une carambouille où ce personnage fait signer à ses patients des feuilles de soins en blanc pour se faire rembourser."

"il s'agit d'une carambouille où ce personnage fait signer à ses patients des feuilles de soins en blanc pour se faire rembourser." Photo Cyril Dodergny

Le psychiatre qui facturait jusqu'à 148 consultations par jour, a-t-il escroqué les caisses sociales?

Relaxé en première instance, le Dr Zemori est suspecté d'avoir facturé des consultations et actes fictifs. Ses avocats dénoncent des témoins aux déclarations « incohérentes et incompatibles »

En première instance, le tribunal correctionnel avait relaxé le Docteur Armand Zemori. Mais le ministère public et la partie civile, en l'occurrence les caisses sociales de la Principauté CCSS et CAMTI, ont fait appel de cette décision.

Ils soupçonnent toujours ce psychiatre monégasque d'avoir facturé des consultations et encéphalogrammes fictifs entre 2005 et 2008. Plus concrètement, il est question de milliers d'actes litigieux, plus une somme approximative de 725.000 euros perçue par le biais de manœuvres frauduleuses.

>>RELIRE. Comment ce psychiatre a-t-il pu facturer jusqu'à 148 consultations par jour?

Lundi matin, dans son rapport, la présidente Sylvaine Arfinengo évoque l'affaire où il est essentiellement reproché au médecin d'avoir demandé le remboursement de soins non effectués ou non médicalement justifiés.

En 2008, en effet, les caisses sociales s'interrogent sur la pratique du spécialiste et considèrent un volume d'activités anormalement élevé. Les organismes opèrent alors des contrôles auprès d'un échantillon de soixante-cinq patients pour vérifier les éventuels...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct