“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le procureur explique ce qui aurait pu provoquer le geste fou du principal suspect du double homicide des Cévennes

Mis à jour le 16/05/2021 à 13:48 Publié le 16/05/2021 à 13:15
Le procureur de Nîmes Eric Maurel parle à la presse le 12 mai 2021

Le procureur de Nîmes Eric Maurel parle à la presse le 12 mai 2021 AFP/Archives / CLEMENT MAHOUDEAU

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Le procureur explique ce qui aurait pu provoquer le geste fou du principal suspect du double homicide des Cévennes

L'homme qui a abattu mardi son patron et un de ses collègues dans un village des Cévennes va être déféré devant un juge d'instruction en vue d'une mise en examen pour assassinats, a annoncé dimanche le procureur de Nîmes qui retient la préméditation.

"A ce stade de la procédure judiciaire, la garde à vue de Monsieur Marcone sera levée en début d'après-midi, il sera déféré devant un juge d'instruction, sur la qualification d'assassinats, assassinats engagés sur les deux victimes", a déclaré Eric Maurel lors d'une conférence de presse à Nîmes.

"Les éléments qui nous permettent de retenir la préméditation sont multiples", a-t-il indiqué ajoutant que Valentin Marcone a indiqué aux enquêteurs avoir eu une altercation avec le patron de la scierie où il était employé sur le non-paiement d'heures supplémentaires.

Photo de Valentin Marcone figurant sur l'appel à témoins diffusé le 13 mai 2021
Photo de Valentin Marcone figurant sur l'appel à témoins diffusé le 13 mai 2021 @Gendarmerie_034 Twitter account/AFP / Handout

Valentin Marcone, 29 ans, avait pris la fuite mardi dans la forêt cévenole après avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il travaillait, dans le village des Plantiers (Gard).

Traqué par plus de 350 gendarmes aidés de drones, d'hélicoptères et de chiens, il s'était rendu sans résistance vendredi soir.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.