“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le président des Hautes-Alpes devant le tribunal pour avoir offert en cadeau une queue de loup

Mis à jour le 15/02/2021 à 18:43 Publié le 15/02/2021 à 18:39
Illustration loup.

Illustration loup. Photo Eric Ottino

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Le président des Hautes-Alpes devant le tribunal pour avoir offert en cadeau une queue de loup

Deux mois avec sursis et 3.500 euros d'amende ont été requis contre le président du département des Hautes-Alpes Jean-Marie Bernard qui avait offert une queue de loup à la préfète Cécile Bigot-Dekeyzer lors de sa cérémonie de départ, l'an passé. Le jugement mis en délibéré sera connu le 12 mars.

Acte politique ou infraction contre une espèce protégée? Le président du conseil départemental des Hautes-Alpes, Jean-Marie Bernard (Les Républicains), a comparu devant le tribunal correctionnel de Gap (Hautes-Alpes), ce lundi 15 février, pour avoir offert une queue de loup à un représentant de l’Etat.

L’audience s’est soldée par une réquisition du procureur de deux mois avec sursis et 3.500 euros d’amende rapporte le journal La Provence. Mis en délibéré, le jugement sera connu le 12 mars prochain.

Il y a un an, le 21 février 2020, lors de la cérémonie de départ de la préfète Cécile Bigot-Dekeyzer, Jean-Marie Bernard lui avait remis ce cadeau insolite. Un "acte politique" qu’il avait alors revendiqué pour défendre les éleveurs, confrontés aux attaques du canidé sur leur bétail.

Ce geste n'était pas une première pour le président du conseil départemental, puisqu’il avait déjà offert une queue de loup au préfet précédent à l’occasion de son départ, rapportait à l'époque France Bleu.

Pour les associations de défense de l’environnement qui ont saisi la justice, "l’acte politique ne constitue pas une exception à la responsabilité pénale. Il y a d’autres façons de lancer le débat".

Et d'estimer: "Si on veut s’en sortir et maintenir possible la cohabitation [du pastoralisme et du loup], ce n’est pas par ces actes que l’on va y arriver".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.