“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: comment Me Dupond-Moretti tente d'éviter le pire à Wojciech Janow...

Pour Me Dupond-Moretti, "Janowski est coupable d'avoir commandité l'assassinat d...

Un Niçois condamné pour avoir frappé une femme dans un restaurant de Monaco

Des perquisitions menées au siège de La France insoumise et chez Jean-Luc Mélenc...

Procès Pastor: la petite gâchette devenu faux témoin de Janowski

"Le pouvoir sénégalais de nouveau désavoué par un pays étranger"

Mis à jour le 11/07/2018 à 15:41 Publié le 11/07/2018 à 15:18
Selon ses avocats, Karim Wade

Selon ses avocats, Karim Wade Photo AFP

"Le pouvoir sénégalais de nouveau désavoué par un pays étranger"

Peu après la décision de justice rendue en principauté, le collectif des avocats de Karim Wade a fait parvenir à Monaco Matin un communiqué de presse dans lequel il tacle le nouveau gouvernement sénégalais

Dans un communiqué adressé à Monaco-Matin, le collectif des avocats de Karim Wade annonce: "Le pouvoir sénégalais vient d’être de nouveau désavoué par la justice d’un pays étranger, qui refuse une fois de plus l’exécution sur son territoire de l’arrêt rendu le 23 mars 2015 par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), qui viole les principes de droit reconnus par la communauté internationale dans les traités et conventions signés et ratifiés par le Sénégal, parties intégrantes de sa Constitution".

LIRE. L'Etat sénégalais ne récupèrera pas l'argent déposé à Monaco par les opposants politiques

"Un procès dépourvu d’impartialité"

"L’État du Sénégal se prévalait de l’arrêt rendu par cette juridiction d’exception supprimée en 1984 et ressuscitée par un simple décret du chef de l’État, en violation de la Constitution, exclusivement pour condamner M. Karim Wade. Il est clair qu’il a été poursuivi, jugé et condamné pour des raisons purement politiques dans le seul but d’être empêché de se présenter à l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Sa condamnation est intervenue au terme d’un procès dépourvu d’impartialité et comportant des irrégularités scandaleuses et de très graves atteintes aux droits de la défense, ainsi qu’aux traités et conventions internationales de la protection des droits de l’Homme."

"Un cinglant camouflet"

"La décision de la justice de Monaco leur inflige un cinglant camouflet, et renforce le candidat Karim Wade dans sa détermination à défendre ses droits civiques et politiques dont l’intangibilité est garantie par la Constitution.
Le candidat Karim Wade réaffirme à l’opinion publique nationale et internationale qu’il sera sans concession et intransigeant dans la défense de ses droits civiques et politiques qui lui sont garantis par la Constitution et les instruments juridiques internationaux ratifiés par le Sénégal."


La suite du direct