“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le faussaire indien extradé d'Allemagne et assigné à résidence à Monaco

Mis à jour le 06/12/2018 à 05:09 Publié le 06/12/2018 à 05:09
Le prévenu est accusé d'avoir blanchi 350 faux billets de 100 euros au Sun Casino en 2015.

Le prévenu est accusé d'avoir blanchi 350 faux billets de 100 euros au Sun Casino en 2015. Michael Alesi

Le faussaire indien extradé d'Allemagne et assigné à résidence à Monaco

Un riche homme d'affaires indien a rejoint depuis la prison allemande de Munich, et sous bonne escorte, la maison d'arrêt de la Principauté.

Un riche homme d'affaires indien a rejoint depuis la prison allemande de Munich, et sous bonne escorte, la maison d'arrêt de la Principauté. Extradé à la demande de la justice monégasque, ce quinquagénaire vivant à Dubaï avait été condamné par défaut à une peine de deux ans de prison ferme et l'obligation d'indemniser la partie civile, avec mandat d'arrêt le 17 avril 2018.

Il avait été reconnu coupable d'avoir, le 2 juin 2015, misé à la roulette du Sun Casino 350 faux billets de 100 euros avec une femme russe. Le couple était reparti avec des liasses de monnaie européenne sonnante et trébuchante. Soit un gain net de 35 000 euros et une perte sèche du même montant pour la SBM [lire nos éditions du jeudi 19 avril].

« J'étais milliardaire jusqu'en 2008 »

À peine arrivé sur le territoire monégasque, l'intéressé avait fait opposition au jugement. Dès lors, Il a comparu menotté à l'audience correctionnelle, afin de connaître la décision des juges : allait-il rester en prison ou bien bénéficier d'une liberté surveillée jusqu'à la date de son procès ?

Avant de se prononcer, le président Florestan Bellinzona a « épluché » toutes les garanties possibles fournies par le prévenu. « Quelle somme pouvez-vous verser pour la caution ? Pourquoi n'étiez-vous pas présent le jour où vous étiez cité à comparaître ? Quels sont vos revenus actuels ? »

Dans le box, le détenu raconte une étrange histoire. « J'étais milliardaire jusqu'en 2008. À cette date, j'ai perdu plus d'un milliard… Aujourd'hui, il me reste un patrimoine composé d'appartements à Dubaï, Londres et en Inde. Mes revenus proviennent d'une agence immobilière et de courtage en valeurs boursières. Cela me rapporte 100 000 euros mensuels. C'est cette somme que je propose de remettre. D'autre part, si j'avais su qu'il y avait un mandat d'arrêt me concernant, je ne serais pas venu en Europe pour jouer dans les casinos. Je n'ai jamais reçu la convocation car j'avais changé d'adresse… »

« Il a des phobies et ne peut pas rester seul »

Dans ses déclarations, ce natif de Bombay fait part de « problèmes psychologiques survenus après l'assassinat de mon père ». « Dès l'instant où je dispose d'un environnement compatible avec mon état de santé, je resterai dans un hôtel de la Principauté le temps qu'il faudra… »

Ses conseils, Mes Nino Parravicini, du barreau de Nice, et Hervé Campana plaideront à tour de rôle la bonne foi de leur client. « Monsieur a réglé intégralement les préjudices et frais de la SBM au mois d'août, quand il a été interpellé en Allemagne. Il vient de passer trois mois de détention dans l'aile hospitalière de la prison de Munich. Il a des phobies et il ne peut pas rester seul. Il est avec sa concubine qui est enceinte. Il a l'argent nécessaire pour résider dans un établissement hôtelier monégasque. Il veut s'expliquer et mettre un terme à son calvaire… Une affaire semblable a eu lieu en Autriche et n'oubliez pas : elle a été classée sans suite… »

« La peine retenue est importante »

Cet homme, tourmenté par une angoisse indicible, ne chercherait-il pas à tromper ce tribunal et euphémiser son délit ? Aussi, le procureur Alexia Brianti préfère la sécurité. « Retenez le maintien en détention du prévenu, quelle que soit la somme déposée. Il n'a aucune attache en Principauté et la peine retenue est importante. Les pièces révélées méritent d'être observées : 100 000 euros c'est ce que cette personne touche tous les mois. Donc la somme est moindre… Si vous ne reteniez pas cette approche, confisquez-lui tous les documents et obligez-le à se présenter deux fois par semaine à la Sûreté Publique ! »

Après en avoir délibéré, les juges ont ordonné la libération sous caution fixée à 100 000 euros du prévenu en attendant sa comparution devant ce même tribunal le mardi 8 janvier 2109. La mesure est accompagnée d'une interdiction de sortir du territoire, confiscation du passeport. Il devra également se présenter deux fois par semaine à la Sûreté publique.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct