Rubriques




Se connecter à

Le divorce lui coûte (très) cher: il disparaît sans laisser d'adresse, la justice le rattrape

Outre une pension alimentaire de 25.000 euros par mois, le sexagénaire devait s'acquitter d'une prestation compensatoire fixée à 15 millions d'euros.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 22/05/2021 à 08:59, mis à jour le 22/05/2021 à 09:25
L'incident n'est pas inédit à Monaco. Photo C. D.

L’affaire évoquée devant le tribunal correctionnel de Monaco a rappelé l’attitude d’un sexagénaire renfermé dans son univers.

Le prévenu ne respecte pas une précédente décision de justice et fait la sourde oreille aux plaintes déposées par son ex-épouse depuis 2019 afin d’obtenir le versement de la pension alimentaire fixée à 25.000 euros par mois.

Une somme prise en compte pour assurer la contribution financière nécessaire à ses trois enfants majeurs.

Sans profession ni domicile connus

Le montant peut être jugé excessif? "Le prévenu peut payer, assure le président Jérôme Fougeras Lavergnolle [dont les assesseurs étaient Mmes Geneviève Vallar et Aline Brousse], qui regrette l’absence de ce père de famille à l’audience. Sans profession ni domicile connus, il se situerait à Dubaï avec sa compagne. Il quittait la Principauté le 23 juin 2017 et depuis personne ne l’a revu. Le divorce entre époux était prononcé le 25 novembre 2019. Ce tribunal l’avait condamné précédemment à une forte amende pour une infraction identique."

 

On comprend aisément l’intention de cet homme de disparaître des radars monégasques.

Conseil de la partie civile, Me Maeva Zampori va brosser le portrait ignominieux d’un homme qui fuit ses responsabilités et se cache pour ne verser aucun centime.

15 millions d’euros

"Le divorce a été prononcé aux torts exclusifs de ce Monsieur. On ne sait pas où il se trouve, car il se déplace sans arrêt. Il doit 15 millions d’euros au titre de la prestation compensatoire. Dans les rares échanges de courriels, il a fait savoir carrément qu’il n’avait pas l’intention de payer. Tout est fait pour organiser son insolvabilité. Or, le patrimoine des époux est évalué à 50 millions d’euros!"

En prenant un ton pathétique, l’avocate veut sensibiliser le tribunal sur le sort déplorable de sa cliente.

 

"Aujourd’hui, cette femme a 60 ans. Elle n’a plus rien après avoir élevé ses trois enfants, plus un autre enfant d’un premier mariage. Elle est devenue la cible d’une vengeance. Vous devez entrer en voie de condamnation afin que cette mère de famille puisse au moins toucher l’argent qui lui revient. Nous réclamons pour le préjudice subi la somme de 55.000 euros."

Sans en rajouter, le premier substitut Julien Pronier démontre la volonté du prévenu d’échapper à tout versement d’argent.

Prison ferme et 20.000 euros d’amende

"Cela ressort du système de fondation mis en place. La décision de justice lui a été signifiée. Alors, seule une sanction de six mois d’emprisonnement ferme avec mandat d’arrêt permettra de l’interpeller."

Le tribunal y consent mais avec une peine en deçà des réquisitions du ministère public: quatre mois ferme. Il alloue à la partie civile une somme moindre de 20.000 euros.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.