Rubriques




Se connecter à

Le départ discret du juge d'instruction Loïc Malbrancke à Monaco

Loïc Malbrancke a quitté discrètement son poste vendredi dernier.

Joëlle Deviras Publié le 10/12/2015 à 05:08, mis à jour le 10/12/2015 à 05:09

Loïc Malbrancke a quitté discrètement son poste vendredi dernier. Juge d'instruction au tribunal de grande instance de Saint-Pierre de La Réunion, il avait été nommé juge d'instruction au tribunal de première instance de Monaco le 1er septembre 2011.

Aujourd'hui, il retourne sur l'île de la Réunion (Saint-Denis) pour devenir, à partir du 4 janvier prochain, vice-président du tribunal d'instance. Un poste très éloigné des fonctions de l'instruction en Principauté. On sait que Loïc Malbrancke était notamment en charge de gros dossiers d'escroquerie et de blanchiment, notamment l'affaire de la banque Martin Maurel Sella contre son ancienne salariée Nadia Curti, ou encore celle des trustees du Russe Dmitry Rybolovlev contre le marchand d'art suisse Yves Bouvier.

Placé en position de détachement auprès de la direction des Services judiciaires monégasques, Loïc Malbrancke avait un contrat de trois ans ; contrat renouvelé pour la même durée en 2014. Son départ n'était donc pas attendu.

 

« Un choix de carrière »

La direction des Services judiciaires souligne que cela s'est fait « à la suite d'un choix de carrière personnel. La date de son départ (...) a été fixée par les autorités françaises en fonction des impératifs particuliers de sa nouvelle juridiction. » Elle explique également que « le poste à la Réunion s'est libéré plus tôt que prévu. Loïc Malbrancke a dit au directeur qu'il était désolé de partir prématurément d'autant que ce départ n'arrangeait pas le service. Mais cela s'est fait d'un commun accord avec le directeur. »

Aujourd'hui, c'est Morgan Raymond qui succède, par intérim, à Loïc Malbrancke.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.