“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le couple soupçonné du vol d'une mallette Louis Vuitton à 4.000 euros reconnu coupable et condamné à de la prison ferme

Mis à jour le 23/05/2017 à 11:55 Publié le 23/05/2017 à 05:06
Alors que sa copine occupait la vendeuse, l'homme cachait la mallette sous sa veste et désactivait l'alarme.

Alors que sa copine occupait la vendeuse, l'homme cachait la mallette sous sa veste et désactivait l'alarme. Photo J.-F.O.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le couple soupçonné du vol d'une mallette Louis Vuitton à 4.000 euros reconnu coupable et condamné à de la prison ferme

Un couple de Roumains, incarcérés depuis le 18 janvier à la maison d'arrêt du Rocher pour le vol d'une mallette estampillée « Louis Vuitton » à 3.750 €, restera quelque temps encore derrière les barreaux.

Après avoir longuement délibéré, le tribunal a condamné le voleur à une peine d'un an de prison ferme et sa compagne et complice six mois d'emprisonnement (moins les quatre mois de détention préventive).

Il leur a été également confisqué le boîtier électronique pour neutraliser les alarmes. En revanche, les deux prévenus ont été relaxés pour l'infraction de recel de vol. Ils ont, comme le prévoit la loi, quinze jours pour faire appel de la décision.

Au procès, le parquet général avait requis quinze mois ferme pour l'homme et six mois ferme pour la jeune femme. Car le procureur Cyrielle Colle considérait l'appartenance du prévenu "à un réseau qui écume la Côte d'Azur et les grandes villes européennes afin de rembourser ses dettes. Nous ne sommes pas là pour subir les mensonges de l'un et de l'autre. Le bon père de famille et chef d'entreprise qui vole, comme ils le prétendent? On se moque du monde!"

Celle qui aimait trop les cadeaux...

Les juges, certes, ont sensiblement diminué la sanction. Mais celle-ci est trouvée encore bien trop sévère pour la défense qui réclamait des peines plus clémentes.

"Je sollicite la relaxe pour la fille : c'est une amoureuse qui a fermé les yeux, annonçait Me Jean-Pascal Padovani, du barreau de Nice. A part la mallette en Principauté, il n'y a ni vol ni recel. On a juste vu leurs visages sur des caméras… Préférez, pour mon client, de la prison avec sursis et une interdiction de territoire. Vous ne jugez pas un diable dangereux…"

Pas dangereux ? Dans cet imbroglio rocambolesque opéré dans la célèbre bulle "Louis Vuitton" des Pavillons de Monte-Carlo, le "client" de 34 ans, avait dissimulé le précieux objet sous sa veste pendant que sa "fiancée" occupait la vendeuse pour détourner son attention. À la sortie, grâce à l'activation du boîtier, aucune alarme sonore ne se déclenchait. Mais il y avait la vidéosurveillance qui épiait tous faits et gestes…

Finalement, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle amenait le prévenu à confesser sa faute, jusqu'à avouer son intention de revendre approximativement la mallette à 1.500 €.

La compagne n'était "au courant de rien". Sa seule "erreur" ? De trop "aimer les cadeaux" ! Au moment de débattre de la peine, la formation collégiale a surtout voulu éviter une éventuelle récidive du couple dans les commerces de luxe de la Principauté. L'avertissement ferme devrait marquer leurs esprits et porter à réflexion…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.