Le couple d’escrocs qui subtilisait les cartes bancaires des personnes âgées à nouveau devant le tribunal

Ils subtilisaient les cartes bancaires à des personnes âgées dans des supermarchés de Cannes, Antibes et Le Cannet.

A.C. Publié le 26/10/2022 à 08:15, mis à jour le 26/10/2022 à 07:51
Le couple est déjà connu de la justice pour avoir réalisé des arnaques à la carte bleue, aux distributeurs automatiques… Photo NM

Les deux escrocs qui ont écumé le littoral des Alpes-Maritimes et du Var, de mai à septembre 2022, pour s’emparer des cartes bancaires de personnes âgées vulnérables, n’en étaient pas à leur coup d’essai. Appréhendés en flagrant délit à Fréjus, ils avaient déjà écopé de trois ans de prison.

Présentés à nouveau devant le tribunal judiciaire de Grasse, ils étaient poursuivis pour les mêmes types de faits, à Cannes (préjudice estimé 18.000 euros sur cette seule commune), Antibes et au Cannet. On leur reproche d’avoir, par des manœuvres frauduleuses, subtilisé par ruse les cartes bancaires des 17 victimes recensées.

Les supérettes alimentaires étaient leur terrain de prédilection pour "cibler" leurs futures proies. Quant à leur méthode, aussi malhonnête qu’imparable, elle leur permettait, en prétextant "une erreur de caisse" et en se faisant passer pour un employé, de subtiliser code et document.

Francois N., un Marseillais de 43 ans, et sa concubine Souad T., une Parisienne de 42 ans, vivent en couple depuis plusieurs années à Cagnes-sur-Mer, avec leurs quatre enfants. "Votre comportement est ancré dans la délinquance", clame la présidente du tribunal en égrainant leurs casiers judiciaires et le nombre d’années passées en détention.

 

"Vous n’aviez pas eu le temps d’avoir une activité licite"

Lui n’a jamais travaillé. "Et pour cause, vous n’aviez pas eu le temps d’avoir une activité licite", ajoute la magistrate. Il compte 17 mentions à son casier judiciaire, elle en compte 6. La plupart pour escroquerie, recel, vol en réunion...

Ils ont été séparés quelques mois, le prévenu s’étant évadé entre décembre 2020 et octobre 2022, période pendant laquelle, avec sa compagne en sursis, il n’a pas hésité à récidiver.

À la demande de la défense leur procès est renvoyé en novembre. En attendant, le tribunal les a maintenus en détention.

 
 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.