“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'automobiliste qui avait agressé un aveugle et son accompagnateur, condamné

Mis à jour le 17/07/2019 à 07:37 Publié le 17/07/2019 à 07:35
Un automobiliste a été condamné mardi à des amendes et à une suspension de permis, pour avoir agressé un homme aveugle et son frère auxquels il avait refusé la priorité à un passage piéton parisien en juin.

Un automobiliste a été condamné mardi à des amendes et à une suspension de permis, pour avoir agressé un homme aveugle et son frère auxquels il avait refusé la priorité à un passage piéton parisien en juin. AFP/Archives / JEFF PACHOUD

L'automobiliste qui avait agressé un aveugle et son accompagnateur, condamné

Un automobiliste a été condamné ce mardi à des amendes et à une suspension de permis pour avoir agressé un aveugle et son frère à qui il avait refusé la priorité à un passage piéton à Paris, en juin.

Le tribunal correctionnel a condamné cet Espagnol de 68 ans, retraité du bâtiment, à 2.000 euros d'amende dont 1.000 avec sursis et 18 mois de suspension de permis pour avoir menacé le piéton aveugle, des "violences volontaires sur personne vulnérable" ayant entraîné une incapacité totale de travail (ITT) de quatre jours.

Il l'a également condamné à deux amendes, de 750 euros pour violences sans ITT sur le frère jumeau de l'aveugle, qu'il avait giflé, et de 250 euros pour le refus de priorité.

Il devra verser 1.800 euros de dommages et intérêts à l'aveugle, 1.500 à son frère et 1.000 euros à chacun au titre des frais de justice.

Filmé par un policier en civil

L'affaire avait trouvé un écho médiatique grâce à une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, filmée par un policier en civil qui roulait à vélo avec une camera GoPro allumée.

La vidéo montre un aveugle muni d'une canne blanche s'engageant avec un accompagnateur sur un passage pour piétons dans le XIIe arrondissement, le 16 juin. Une berline noire frôle les deux hommes, leur coupant la priorité. L'accompagnateur donne un coup sur le toit de la voiture qui s'arrête.

Le chauffeur descend et agresse physiquement et verbalement l'accompagnateur, lui assénant des claques. Il s'en prend également à l'aveugle, lui criant "Enlève tes lunettes, je vais te frapper".

Un témoin essaie d'intervenir ainsi que l'épouse de l'automobiliste. Lorsque le témoin annonce qu'il va appeler la police, l'homme et la femme remontent dans leur voiture et s'en vont.

Mea culpa

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, je me suis très mal comporté", a résumé le prévenu, contrit et demandant "pardon". "J'étais dans un état de colère". "Il me semblait que j'avais le temps de passer" sans marquer l'arrêt, a-t-il expliqué, ajoutant que le coup frappé sur sa voiture avait rendu son épouse nerveuse.

L'aveugle, qui a craint d'être frappé sans pouvoir évaluer la situation, a expliqué avoir ressenti a posteriori un "stress" élevé, s'être plusieurs fois "refait le film". "On a l'habitude des incivilités à Paris", "mais c'est la première fois que nous avons à faire à quelque chose de violent", a témoigné son frère.

Trois associations ou fédérations défendant les aveugles ont été déboutées, le tribunal estimant que si "la vulnérabilité" du piéton était apparente, "aucun élément ne démontre que le prévenu avait conscience qu'il était non-voyant ou mal-voyant" lorsqu'il l'a menacé.

Annulation du permis requise

Le procureur avait requis des amendes et l'annulation de son permis de conduire, décrivant une scène "édifiante" et estimant que le retraité ne pouvait ignorer que l'un des piétons était aveugle.

Le prévenu "a toujours dit qu'il ne s'en est rendu compte qu'au moment" où il l'a menacé, avait répondu son avocate, Me Marie Monsef: "Vous (avez affaire à) des violences physiques avec désistement volontaire". Elle avait demandé sa relaxe s'agissant des violences psychologiques contre l'aveugle, estimant que l'infraction n'était pas caractérisée mais admettant "un comportement inacceptable".

>> VIDEO.  Il agresse un aveugle et son guide après leur avoir coupé la route à Paris 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct