“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Il ne fera plus de mal à personne": le fils d'Hélène Pastor livre ses impressio...

Procès Pastor: le verdict est tombé, le gendre de la milliardaire condamné à la ...

Procès Pastor: les derniers mots des accusés avant le verdict ce mercredi

Le verdict du procès Pastor attendu ce mercredi

Procès Pastor: comment Me Dupond-Moretti tente d'éviter le pire à Wojciech Janow...

L'amant profite des largesses financières de sa richissime maîtresse affaiblie par la maladie

Mis à jour le 28/03/2018 à 17:55 Publié le 28/03/2018 à 05:09
« Ils sont amants depuis vingt ans… Et il ne se rend pas compte, même s'il n'y a plus de relations intimes, que cette femme est atteinte du syndrome d'Alzheimer ? », s'est offusqué l'avocat de la partie civile.

« Ils sont amants depuis vingt ans… Et il ne se rend pas compte, même s'il n'y a plus de relations intimes, que cette femme est atteinte du syndrome d'Alzheimer ? », s'est offusqué l'avocat de la partie civile. Photo d'illustration Var-matin

L'amant profite des largesses financières de sa richissime maîtresse affaiblie par la maladie

Un Français de 79 ans qui entretenait une relation extra-conjugale depuis 20 ans avec une richissime femme d'affaires est accusé d'abus de faiblesse. Le prévenu a été reconnu coupable d'avoir empoché plus de 500.000 euros en cinq ans en profitant de la maladie de sa maîtrise

Dans cette double vie de longue durée entre un modeste retraité de la région grassoise, marié, et une richissime femme d'affaires de Monaco, divorcée, est-ce l'argent ou l'affectivité qui a scellé leur relation illégitime? Autrement dit, cet amant galant, âgé de 79 ans au moment de sa comparution, a-t-il profité des largesses financières de sa maîtresse, atteinte de troubles de la mémoire depuis 2009, donc vulnérable, comme le soutient la partie civile? Pour les juges, la dénaturation de la liaison amoureuse ne fait aucun doute. Ils ont condamné l'ami cupide à dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis et au versement de 3.001 euros à la partie civile.

Qu'en est-il véritablement de cette histoire sentimentale initiée en 1990 et évoquée à l'audience à l'issue...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct