“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'altercation se solde par 8 jours avec sursis et 1.000€ d'amende

Mis à jour le 05/04/2016 à 05:04 Publié le 05/04/2016 à 05:04
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'altercation se solde par 8 jours avec sursis et 1.000€ d'amende

Déjà jugé et condamné à quinze jours de prison et 1.000 € d'amende, un résidant monégasque qui avait frappé le concierge d'un immeuble comparaissait à nouveau pour la même affaire.

Alexander avait eu la main leste en juillet dernier. Cet Autrichien quinquagénaire, résidant en Principauté, avait menacé, giflé, attrapé par le col et frappé le concierge du « Brabant » à la suite d'une réflexion somme toute logique : « Votre chien a fait ses déjections devant l'immeuble où je venais de tout laver... » Absent à l'époque, le prévenu avait été condamné par le tribunal correctionnel à quinze jours d'emprisonnement avec sursis, 1.000 euros d'amende et au versement de 3.000 euros à la partie civile. À la suite d'une opposition, Alexander était présent cette fois à la barre pour s'expliquer.

Une histoire de chien

Bref rappel de la situation. Le 8 juillet 2015, une altercation met en émoi le quartier des Moneghetti, avec l'intervention des carabiniers du Prince, dont la caserne est proche, pour calmer et séparer les deux antagonistes. Le gardien avait demandé gentiment d'éviter pareilles souillures. Mais pour son maître, le chien domine et doit décider où il fait ses besoins.

Aux justifications demandées par le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, le prévenu conteste les faits, les violences et les propos tenus. Apparaît alors une sorte d'égarement dans sa version actuelle. Comme s'il voulait ou désirait qu'elle soit imaginée différemment. Le président le reprend en parlant d'un « témoin qui, de son balcon, a vu et décrit la scène... »

Pour la partie civile, Me Bernard Bensa estime que « Monsieur aurait dû relire sa déposition au service de police... Il ne peut nier son comportement agressif relaté par une personne présente... » Quant au procureur Cyrielle Colle, elle s'appuie sur deux éléments : « Un certificat médical et la déposition du témoin. Ces deux pièces doivent conduire à la condamnation d'une infraction qui n'est pas acceptable. Outre la peine prononcée, les 1000 euros d'amende sont adaptés pour sanctionner pareil comportement. »

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public sur le montant de l'amende mais réduira la peine à huit jours. Avec le bénéfice du sursis évidemment.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.