“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L'altercation au salon MICS à Monaco le conduit devant la justice à Monaco

Mis à jour le 10/12/2020 à 14:52 Publié le 10/12/2020 à 11:40
Le Grimaldi Forum à Monaco.

Le Grimaldi Forum à Monaco. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'altercation au salon MICS à Monaco le conduit devant la justice à Monaco

Dans une bagarre au Grimaldi Forum en marge du salon Monaco International Clubbing Show, un Vauclusien avait entraîné une jeune femme dans sa chute. Le prévenu a comparu pour blessures involontaires.

C’était la seule fausse note ! Une altercation a perturbé, le 6 novembre 2019, la Xe édition du MICS (Monaco International Clubbing Show), leader des salons consacrés aux professionnels de la nuit. Vers 22 h 30, au cours de la cérémonie des NRJ DJ Awards, l’alcool coulait à flots sur l’esplanade du Grimaldi Forum.

Dans cette ambiance survoltée, une personne s’adresse avec insistance à un Vauclusien de 25 ans afin de lui fournir de la coke. L’individu, qui vit encore chez ses parents, rejoint son véhicule pour préparer une sorte de placebo en réduisant en poudre un comprimé de paracetamol.

De retour sur la place, il cède sa fausse cocaïne pour quelque 150 €.

Mais le consommateur ne tarde pas à s’apercevoir de la supercherie. Il revient vers son vendeur pour en découdre. La bagarre se poursuit dans les escaliers où le " détaillant" croule sous les coups de son adversaire. Il entraîne dans sa chute une jeune femme en discussion sur la même marche. Sérieusement blessée, la victime est conduite aux urgences du CHPG et obtient une ITT de huit jours. À la suite d’un dépôt de plainte, le prévenu a comparu devant le tribunal correctionnel.

"Je ne suis pas seul dans cette affaire"

À l’audience, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle (Assesseurs : Aline Brousse et Ludovic Leclerc) soupçonne un comportement inquiétant. Ce personnage serait-il étiqueté dealer par la majorité des participants pour établir aussi directement pareille concordance avec la fourniture de drogue ? Alors, le magistrat feinte : " Vous venez du Vaucluse. Ce n’est pas la porte à côté. Qu’est-ce qui vous attire en Principauté ? À chaque édition du MICS, vous vous faites remarquer ! Je note trois condamnations pour stupéfiants sur votre casier français… "

Le jeune homme se défend de toute mauvaise intention. "Ce sont les policiers qui m’ont informé de l’accident. Pour ma part, j’ai été agressé et j’ai juste poussé l’antagoniste. Il n’était pourtant pas au bord de la marche. Mis en cause, je ne suis pas le seul dans cette affaire. Je suis un pacifique. Je veux m’excuser auprès de la jeune femme blessée…"

La victime souffre toujours

La partie civile, par la voix de Me Magali Vigneron, du barreau de Nice, assure que depuis, sa "cliente est toujours sujette à des fortes douleurs, à la suite de sa chute violente, la tête la première. Elle est suivie par un kiné et un ostéopathe. Nous réclamons une expertise et une provision de 3.500€".

Les conséquences des blessures sont importantes, confirme la procureure Alexia Brianti. "La plaignante a dévalé tous les escaliers du Grimaldi Forum. Il y a un geste imprudent du prévenu. Dans ce contexte particulier et ses antécédents judiciaires pour stupéfiants, dix jours avec sursis sont utiles au cas où cet individu serait tenté de commettre d’autres agissements."

Le tribunal reverra la peine à la hausse avec quinze jours assortis du sursis. Il allouera la somme de 1.500€ de provision à la partie civile

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.