“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'A8 avait été coupée lors d'une manifestation: de 3 à 6 mois avec sursis pour 4 sapeurs-pompiers niçois

Mis à jour le 22/05/2019 à 13:55 Publié le 22/05/2019 à 13:54
Plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers sont venus ce mercredi après-midi défendre leurs collègues devant le palais de justice de Nice.

Plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers sont venus ce mercredi après-midi défendre leurs collègues devant le palais de justice de Nice. Photo G. L.

L'A8 avait été coupée lors d'une manifestation: de 3 à 6 mois avec sursis pour 4 sapeurs-pompiers niçois

Quatre sapeurs-pompiers, poursuivis pour entrave à la circulation, ont été condamnés ce mercredi à de la prison avec sursis. 600 d'entre eux avaient manifesté en février dernier entraînant la coupure de l'autoroute A8.

Plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers sont venus ce mercredi après-midi défendre leurs collègues devant le palais de justice de Nice. Quatre sapeurs-pompiers y ont été condamnés ce jour de trois à six mois de prison avec sursis et de 1500 euros à 3000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Nice. Ils étaient poursuivis pour entrave à la circulation et dégradation (ou complicité de dégradation) d’un bien.

Le 22 février 2016, environ 600 sapeurs-pompiers avaient manifesté contre le préfet de l’époque, Adolphe Colrat. Durant le mouvement, qui avait entraîné la coupure de l’autoroute A8, des manifestants s’étaient aventurés sur les voies de circulation.

Ils avaient notamment mis le feu à des pneus et détérioré la glissière de sécurité. Parmi les prévenus, figure le président départemental et national du plus gros syndicat de la profession, la Fédération autonome SPP-PATS.

à partir de 1 €


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct