“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La justice française perd le dossier d'un parrain de la mafia italienne jugé à Nice

Mis à jour le 06/08/2020 à 07:28 Publié le 06/08/2020 à 07:28
Le palais de justice de Nice.

Le palais de justice de Nice. François Vignola

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La justice française perd le dossier d'un parrain de la mafia italienne jugé à Nice

Flottait ce mercredi sur le tribunal de Nice comme un air de Gomorra, cette série télévisée à succès évoquant le trafic de stups au cœur de la mafia napolitaine (tirée d’un best seller éponyme de Roberto Saviano). Était jugé Biagio Crisafulli, 64 ans.

Chez nos voisins transalpins, "Dentino", le Sicilien, surnommé ainsi pour ses petites dents, est considéré par la justice italienne comme le boss de la mafia milanaise. Sa base arrière était le quartier populaire de "Quarto Oggiaro".

Le parrain purge actuellement une peine de vingt ans de prison pour quatre meurtres et trafic de drogue en association avec la’Ndrangheta.

Il ne peut espérer sortir de la centrale de Fossombrone (Italie centrale) où il est incarcéré, avant mars 2036. Élégant, attentif, il comparaissait ce mercredi en visio conférence.

Crisaffuli avait été arrêté le 17 octobre 1995 sur la Côte d’Azur, dans le centre de Nice, par l’antigang.

Une villa au Cap d’Antibes

Car "Dentino" gérait parfois ses affaires depuis la Côte d’Azur. Il s’était offert un petit plaisir: une villa située sur le très huppé Cap d’Antibes, pour cinq millions de francs.

C’est ce volet-là qui lui valait de comparaître hier, pour blanchiment. On lui reproche en clair d’avoir payé la villa avec l’argent de la drogue. Sauf qu’au tribunal, tout ne s’est pas passé comme prévu.

La justice a en effet égaré son dossier en 2011. Un joli coup du sort. En se présentant à l’audience, son avocat aixois, Me Luc-Philippe Febbraro pensait toutefois qu’on allait lui produire une copie certifiée conforme.

Peine perdue, la justice française a offert ce mercredi un triste visage, avouant n’avoir en mains qu’une copie bricolée. "Le tribunal n’est pas en mesure de certifier et d’affirmer que le dossier est complet", a ainsi d’emblée annoncé le juge Edouard Levrault.

Stupeur. Et un tapis rouge offert à la défense. Derrière la caméra, "Dentino" a apprécié le spectacle, si on en juge par son ton badin.

Le mafieux, titulaire de deux doctorats, qui lit volontiers Aristote, Platon ou Sénèque en attendant ses rendez-vous avec ses avocats, a visiblement goûté l’incurie de la justice française.

Le tribunal s’est déclaré "non valablement saisi", et a renvoyé la patate chaude au ministère public, lui demandant de tout mettre en œuvre pour retrouver le dossier manquant. Las.

"S’ils ne l’ont pas trouvé depuis 2011, ce n’est pas maintenant qu’ils vont réussir", a ironisé Me Febbraro.

En conséquence, "Dentino" ne sera vraisemblablement jamais jugé pour le dossier de blanchiment d’argent.

Cerise sur le gâteau: le mandat d’arrêt décerné à son encontre a été annulé...

Le "boss" s’est même payé le luxe de demander si la détention provisoire effectuée en France serait déduite de sa condamnation italienne.

Le mafieux du Sud ne perd pas le Nord...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.