“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La discussion politique tourne mal: il est condamné pour violence sur son ex

Mis à jour le 24/06/2018 à 14:51 Publié le 25/06/2018 à 08:00
La jeune femme, paniquée, est sortie de la voiture au giratoire Aureglia.

La jeune femme, paniquée, est sortie de la voiture au giratoire Aureglia. Photo E.D.

La discussion politique tourne mal: il est condamné pour violence sur son ex

Le tribunal correctionnel de Monaco a condamné un manager sud-africain à une peine de 2.000€ d’amende et au versement d’une somme de 600€ à la partie civile. Il a été reconnu coupable de violence envers une jeune femme.

Le 5 mai 2016, ce gestionnaire rencontre une ancienne relation. Ils passent la soirée entre amis dans les établissements du port Hercule. Au fil des discussions, le couple additionne les verres. La femme l’insulte. L’homme s’énerve. Le sujet de discorde? Une divergence politique!

"Traces de strangulation"

"Quand il raccompagne Madame vers 1h, les caméras de vidéosurveillance sous le tunnel du Rocher montrent une passagère qui tente de sortir de la voiture, commente le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. Puis, au carrefour giratoire Aureglia, la portière de ce même véhicule s’ouvre. Une jeune femme paniquée en sort. Le conducteur démarre. Un témoin raconte que cette dame sentait l’alcool et elle avait des traces de strangulation sur le cou."

À l’audience, le prévenu affirme qu’il a d’abord empêché sa passagère de sortir pour sa sécurité. Il voulait ensuite alerter la police. La plaignante estime que c’était pour continuer à l’invectiver. Elle se rend à la Sûreté publique le 13 mai, à sa sortie du CHPG, avec un certificat médical de cinq jours d’ITT.

Me Marguerite Deltort-Linotte, du Barreau de Nice, s’interroge: "N’est-ce pas dangereux de rester dans une voiture avec un homme qui donne des coups? Vous avez deux versions des faits. Depuis deux ans, ma cliente vit dans un univers traumatique." L’addition? Une somme globale de 7.000€ est demandée.

La défense fait appel

"On a une plainte pour violence sans témoin dans le véhicule, indique le premier substitut Olivier Zamphiroff. Le certificat médical mentionne une ITT sans constatation du médecin. Il faut faire avec… Mais gardez la proportion au niveau de la strangulation. Une peine d’amende est adaptée."

En défense, Me Régis Bergonzi lance avec ironie: "Est-ce que la caméra ment? La réalité de ce dossier, c’est le manque de perception d’une femme alcoolisée. La victime a été empêchée de se balancer sur la voie rapide grâce au prévenu. Madame est décrite comme une ivrogne avec la réputation de faire des problèmes dès qu’elle a trop bu. On vous demande de condamner mon client au bénéfice du doute. C’est un homme qui n’a jamais eu de problème. À Monaco, une condamnation pénale ça coûte! C’est infamant!"

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public. L’avocat a interjeté appel de la décision.


La suite du direct