“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L'employée de maison volait sa patronne à Monaco: un an de prison requis

Mis à jour le 03/11/2014 à 08:00 Publié le 03/11/2014 à 07:56
Palais de Justice de Monaco 3
Je découvre la nouvelle offre abonnés

L'employée de maison volait sa patronne à Monaco: un an de prison requis

La domestique aurait-elle vraiment fait tout le ménage chez une richissime personnalité de la jet-set monégasque ? A-t-elle dérobé à sa patronne pour plus de 250 000 e de bijoux, vêtements et autres objets de valeur ?

La domestique aurait-elle vraiment fait tout le ménage chez une richissime personnalité de la jet-set monégasque ? A-t-elle dérobé à sa patronne pour plus de 250.000 € de bijoux, vêtements et autres objets de valeur ?

Absente à la barre du tribunal correctionnel, cette résidente mentonnaise de 29 ans sera jugée par défaut à l'issue du délibéré prévu le 4 novembre prochain.

En attendant, le ministère public a requis un an de prison ferme et un mandat d'arrêt international pour s'assurer de« sa comparution un jour ou l'autre ».

En revanche, un italien de Vintimille, âgé de 52 ans, son ancien amant considéré comme le receleur, s'est présenté devant les magistrats. Sa condamnation ? Une peine d'amende assortie du sursis réclamée par le substitut du procureur général.

Le scénario

L'affaire se situe entre les 5 et 7 juin 2013, pendant l'absence de la patronne, plusieurs fois volée auparavant. Dès son retour, la richissime Italienne constate que des bijoux, vêtements et autres objets de grande valeur ont disparu de sa chambre.

Elle dépose plainte six jours plus tard…Les enquêteurs de la Sûreté publique mettre rapidement un visage sur la coupable en analysant les images des caméras de vidéosurveillance installées près de la villa située au boulevard d'Italie.

Ils observent la prévenue sortir de la maison le 7 juin avec plusieurs sacs puis les charger sur un véhicule. Son ancien concubin est au volant.

Un complice involontaire ?

À la barre, ce quinquagénaire italien se défend de connaître le contenu des sacs. « Je suis venu à Monaco pour boire un verre ensemble et mon amie m'a informé qu'elle quittait sa patronne avec ses propres affaires… »

Le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle relève : « Au cours de l'interrogatoire, vous précisiez avoir des doutes, car plusieurs choses ne lui appartenaient pas !»

Réponse du prévenu : « Elle m'a déclaré que tout lui avait été donné !... »

La partie civile rappellera les écoutes téléphoniques, témoignages et l'attitude de la domestique.

« Elle ne donnera plus signe de vie après son départ, sans même demander son solde. À cette même période, le prévenu est toujours amoureux et cela fait douter fortement de la véracité de ses déclarations. Le préjudice est estimé à plus de 250.000 €.»

À l'issue des réquisitions du procureur Jean-Jacques Ignacio, Me Alice Pastor plaidera avec beaucoup de conviction la relaxe de son client. « Il a été son protecteur. Mais il ne pouvait jamais l'imaginer en voleuse et au moment où il accepte de transporter les sacs, il ignore leur contenu… Cet honnête homme est désemparé et sa seule faute c'est d'avoir aidé une voleuse. »

Réponse, mardi prochain.

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.