“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'économie du yachting est en chute libre

Mis à jour le 14/08/2017 à 05:06 Publié le 14/08/2017 à 05:06
Bernard d'Alessandri, Secrétaire général du Yacht-club de Monaco.

Bernard d'Alessandri, Secrétaire général du Yacht-club de Monaco. archive F.B.

L'économie du yachting est en chute libre

Si la législation monégasque ne suit pas la France, la Principauté subit la même chute que le pays voisin du fait de son enclavement géographique. Les explications de Bernard d'Alessandri

Faire un plein de gasoil maritime en Italie pour un yacht de 42 mètres permet d'économiser près de 21 000 euros par semaine en raison du différentiel de taxe » et « le surcoût annuel en France lié aux charges sociales s'élève à 300 000 euros pour un équipage de 7 personnes. »

Dans une lettre ouverte, Christian Estrosi, Hubert Falco et Renaud Muselier soulignent au président français Emmanuel Macron que les ports des Alpes-Maritimes et du Var se vident de leurs yachts, au profit de l'Italie ou l'Espagne.

À Monaco, les professionnels du yachting sont tout aussi inquiets qu'en France et subissent les mêmes conséquences du décret sur l'affiliation des gens de mer marins, résidant en France et embarqués sur un navire battant pavillon d'un état étranger, et applicable dès le 1er juillet 2017 (lire page précédente). Car si la législation est différente en Principauté, le petit pays est évidemment inscrit dans le paysage géographique français…

Dans le cadre de la 17e édition du Captains' Forum du Yacht-club, en collaboration avec le courtier en assurance OnlyYacht, Bernard d'Alessandri, Secrétaire général, a rassemblé, en mai dernier, près de 400 capitaines et membres d'équipage pour expliquer la situation « alarmante » pour un secteur qui représente tout de même la quatrième industrie à Monaco ! Devant des représentants des autorités françaises du domaine maritime (ENIM et Affaires Maritimes), les professionnels ont fait entendre leurs inquiétudes sur les répercussions en matière d'attractivité du yachting, d'employabilité (ressortissants français et résidents étrangers installés en France), retraites mais aussi de prise en charge en termes d'assurance en cas d'accident sur un territoire étranger.


La suite du direct