“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jugés et condamnés pour "un combat de coqs" à Monaco

Mis à jour le 06/01/2016 à 08:25 Publié le 06/01/2016 à 08:11
Le tribunal a prononcé une peine de prison ferme et une autre avec sursis.

Le tribunal a prononcé une peine de prison ferme et une autre avec sursis. Photo archives Cyril Dodergny

Jugés et condamnés pour "un combat de coqs" à Monaco

Les hommes se battent-ils toujours pour obtenir les faveurs d’une même femme qu’ils désirent? Oui. Surtout sous l’effet de l’alcool. La preuve.

Les hommes se battent-ils toujours pour obtenir les faveurs d’une même femme qu’ils désirent? Oui. Surtout sous l’effet de l’alcool. La preuve.

Maxime a comparu, menotté, devant le tribunal correctionnel pour avoir éclaté le visage d’un jeune homme qui aspirait à reconquérir son ancienne compagne… Il a été condamné à 2 mois de prison ferme et au versement de 2.000 € à la partie civile.

Son acolyte a écopé de cinq jours avec sursis et 500 € d’amende.

Le 13 décembre dernier, ce "justicier" et son ami ont passé la nuit au Twiga avec une jeune fille. Ils n’ont guère apprécié qu’une personne étrangère se soit invitée à leur table afin de parler à la femme qui les accompagnait.

Les deux prévenus ont alors ordonné au prétendant de partir. Le ton est monté. L’ami, se sentant menacé, a frappé la victime. Mais les vigiles les ont séparés rapidement. Maxime, croyant alors son copain en danger, a  voulu le protéger et a cogné sur l’indésirable à sept reprises en pleine figure…

Le procureur Cyrielle Colle, après un bref rappel des infractions, qualifiera ces violences de "combat de coqs"


Retrouvez l’article complet ce mercredi dans Monaco-Matin ou sur la nouvelle offre numérique, #monjournal. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez y accéder en vous connectant.

à partir de 1 €


La suite du direct