“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Je n'avais pas de monnaie sur moi": deux Azuréens laissent une grosse ardoise dans un palace de Monaco

Mis à jour le 11/03/2019 à 08:53 Publié le 11/03/2019 à 11:15
Les deux clients avaient laissé une ardoise de 548 euros.

Les deux clients avaient laissé une ardoise de 548 euros. Photo J.-F.O.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Je n'avais pas de monnaie sur moi": deux Azuréens laissent une grosse ardoise dans un palace de Monaco

Un Niçois et un Cagnois ont copieusement dîné dans un palace de Monaco et tenté une filouterie au moment de payer. La justice monégasque a relaxé l'un d'eux et condamné l'autre à une peine de prison avec sursis.

Ce 11 novembre 2018, deux adultes ont décidé de dîner au Monte-Carlo Bay. Bouteilles d’alcool et mets succulents rassasient ces gourmets.

Mais vers 23 h 30, au moment de payer la note de 548 euros, l’homme de 24 ans, téléconseiller à Cagnes-sur-Mer, est dans l’impossibilité de payer. L’autre, un médecin urgentiste niçois quinquagénaire, refuse carrément de régler l’addition.

Certes, ils sont un peu pompettes. Mais pas au point de délirer. On ne peut pas parler non plus d’existence précaire… Alors par quels moyens vont-ils se tirer d’embarras? Car le palace de la SBM a fait appel aux policiers!

"J’étais invité et donc censé ne pas payer le repas"

À la barre, seul le citadin cagnois est présent. Il est "cuisiné" par le président Jérôme Fougeras Lavergnolle afin de connaître les raisons de cette filouterie.

"On ne vient pas en Principauté sans argent, lance le magistrat. Et encore moins quand on a l’intention de fréquenter un restaurant gastronomique huppé. N’aviez-vous pas recours à une carte bancaire?"

Le prévenu essaie de convaincre les juges de sa bonne foi. "Je n’avais pas de monnaie sur moi. J’étais invité par le médecin niçois et donc censé ne pas payer le prix du repas. Ce dernier a refusé, car il n’avait pas les moyens. Jamais je ne me serais permis pareil comportement en Principauté. Je sais trop les risques encourus quand on commet un délit. Je n’y pensais pas d’ailleurs un seul instant…"

Le président regarde son casier judiciaire. "Le monégasque est vierge. En revanche sur le français il y a des condamnations pour stupéfiants, violences, conduite en état d’ivresse, vol. Votre ami a deux mentions. À l’issue d’un examen psychiatrique, il apparaît un peu mégalo avec une altération du discernement." Dans ses réquisitions, le premier substitut Cyrielle Colle se conduit avec raison et sagesse dans son discernement de la vérité.

"Atténuer la sanction au vu de ses altérations"

"Le doute doit profiter au prévenu présent limité par ses faibles moyens financiers. Vous prononcerez la relaxe. En revanche, pour le second personnage, absent, l’infraction est caractérisée quand on vient à Monaco sans moyen de paiement. Toutefois, vous devrez atténuer la sanction au vu de ses altérations qui limitent ses possibilités d’adaptation. Une peine juste devrait tourner autour de quinze jours avec sursis."

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public sur la relaxe du téléconseiller cagnois. Pour le médecin niçois, il prononcera une peine de huit jours d’emprisonnement assortie du sursis.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.