“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Jalouse, elle vole le sac Chanel d’une rivale pour se venger

Mis à jour le 09/01/2020 à 07:04 Publié le 09/01/2020 à 07:05
Le sac a été volé dans cet établissement du Larvotto.

Le sac a été volé dans cet établissement du Larvotto. archives Franz Chavaroche

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Jalouse, elle vole le sac Chanel d’une rivale pour se venger

Le sentiment de jalousie est courant. Mais il peut se transformer en calvaire pénal pour celui ou celle qui le vit. Telle est la démonstration d’un dossier évoqué devant le tribunal correctionnel de Monaco.

Une femme italienne de 32 ans, entrepreneur, a besoin d’être aimée. Et d’être la seule, l’unique.

Le 18 août dernier, elle accourt de Dolceacqua, heureuse de rejoindre son amoureux au Sass’Café pour la soirée.

Or, le sentiment n’a pas l’air équitablement partagé: le galant est attablé en charmante compagnie. Inquiétude, crainte, dépit et désir de vengeance foisonnent dans l’esprit de la belle transalpine face à l’infidélité constatée.

Le départ momentané du couple - illicite - est mis à profit pour fomenter la revanche: le vol du sac Chanel de la nouvelle élue.

Vers 2 h, la victime s’inquiète de la disparition. Aussitôt, la vidéosurveillance est mise à profit par le personnel de l’établissement. Les images révèlent le comportement d’un groupe quelques minutes auparavant. Une femme, accompagnée de deux hommes, s’empare du sac, rentre dans les toilettes et en ressort.

«J’ai volé le sac sous le coup de la colère»

La police, alertée, interpelle le groupe au Twiga. La bourse dérobée est retrouvée sous le piano du Sass’Café. En revanche, plusieurs objets manquants sont récupérés dans les poches de la voleuse. Ou bien dans son véhicule, comme le portable et la carte bancaire.

« Vous avez mis hors de cause les deux personnes qui vous accompagnaient et vous avez reconnu les faits. Expliquez votre attitude », demande le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. « J’ai volé le sac sous le coup de la colère, par excès de jalousie, affirme l’intéressée. J’avais un peu bu… C’était surtout pour embêter cette dame qui semblait apprécier mon petit ami. »

Ces explications sont comparables à celles d’une petite fille qui a fait une bêtise. C’est tout autre, pour la procureure Alexia Brianti. « La prévenue s’est emparée frauduleusement du sac à main. Elle a fait le tri et elle a conservé les objets de valeurs avant de se débarrasser de l’accessoire Chanel. Après avoir nié les faits, confrontée à la réalité, Madame les a reconnus. C’est grave. La peine pécuniaire doit se monter à 2.500 e. »

In fine, tourmentée, avec une peur à peine dissimulée d’être abandonnée par son partenaire à l’époque, cette Italienne avait pour intention d’éviter une avalanche de remarques et de questions. Son geste semblait uniquement destiné à déstabiliser sa rivale, à dominer la situation.

Tels étaient les propos avancés pour assurer sa défense. Mais à l’heure du délibéré, le tribunal ira plus loin que les réquisitions du ministère public avec une peine d’amende de 3.000 e.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.