“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, une retraité prend un sens interdit et renverse un policier

Mis à jour le 20/12/2018 à 16:52 Publié le 20/12/2018 à 13:55
La conductrice est passée de nuit devant la gare SNCF où un agent régulait la circulation. Le policier a fini sur le capot du véhicule…

La conductrice est passée de nuit devant la gare SNCF où un agent régulait la circulation. Le policier a fini sur le capot du véhicule… Illustration MM

Ivre, une retraité prend un sens interdit et renverse un policier

Une sexagénaire, ivre, a foncé sur un policier qui régulait la circulation devant la gare SNCF de Monaco. La prévenue a été condamnée à une lourde amende.

Le 10 avril dernier, vers 22h38, une retraitée de nationalité allemande renversait un policier sur le pont Sainte-Dévote. Une mamie casse-cou? À aucun moment la sexagénaire n’avait éprouvé une hostilité quelconque à l’égard du fonctionnaire.

Mais, au volant de sa BMW, elle avait un petit coup dans l’aile: un léger dépassement du taux délictuel avec 0,41 mg par litre d’air expiré. Distraite, elle fonçait sur l’agent préoccupé à dégager la voie en direction du boulevard Princesse Charlotte afin de faciliter le passage d’un poids-lourd!

À l’audience, la prévenue écoute attentivement les reproches du président Florestan Bellinzona.

"La vidéo montre que vous circulez en sens interdit! Vous chevauchez à trois reprises la ligne blanche! Quand vous arrivez devant la gare SNCF, un agent de police règle la circulation afin que les manœuvres d’un convoi ne provoquent pas d’accident. Vous lui rentrez dedans carrément. Vous ne l’avez pas vu? Pourtant, il faisait des signes…"

À la barre, l’intéressée se lance dans un mea culpa d’anthologie en réponse aux objurgations "magistrales".

"J’ai perçu ses gestes trop tard! Je n’aurais jamais dû conduire après avoir bu deux verres de limoncello. Plutôt marcher… Voir une cellule de dégrisement de l’intérieur, c’est traumatisant. J’ai compris à ce moment précis que la vie pouvait vaciller d’une seconde à l’autre. Je m’en veux et je m’excuse auprès de l’agent…" 

"Madame a freiné quand elle s’est rendu compte que j’étais sur son capot"

L’agent de témoigner: "J’étais face à son véhicule quand j’ai été renversé. Madame a freiné au moment où elle s’est rendu compte que j’étais sur son capot. J’ai été projeté sur le sol. Aujourd’hui, je ressens encore des douleurs…"

Son conseil, Me Hervé Campana, poursuit: "Ce comportement dangereux a causé un préjudice de cinq jours d’ITT. Mon client est inquiet pour sa santé. Il s’est rendu aux urgences de Nice où l’on a diagnostiqué d’autres blessures qui n’avaient pas été constatées dans le certificat initial. Le prix? Sept mois de soins! Soixante-quinze séances de kiné et il n’est plus question de pratiquer le handball."

Il sera réclamé les sommes de 10.000 € pour la partie civile et 5.500 € pour la créance de l’État monégasque.

"Voilà le résultat d’une conduite imprudente et inattentive à cause de la boisson, rappelle le procureur Alexia Brianti. Les conséquences sont lourdes dans ce choc frontal. Espérons que cette infraction se limite à une simple erreur de parcours. L’amende ne doit pas être inférieure à 1.545 € avec trois contraventions à 45 €".

La défense, assurée par Me Christophe Ballerio, note que sa cliente "est une personne de 69 ans. Elle comparait pour la première fois devant votre tribunal pour une regrettable faute de conduite. Les faits ne sont pas contestés. Condamnez-là avec une certaine retenue…"

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public en minorant l’amende à 1.200 €. Il fera droit aux demandes des parties civiles.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct