“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ivre, un Niçois insulte publiquement le Prince souverain à Monaco

Mis à jour le 05/02/2020 à 10:49 Publié le 29/01/2020 à 08:10
Le palais de justice de Monaco.

Le palais de justice de Monaco. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ivre, un Niçois insulte publiquement le Prince souverain à Monaco

Combien de personnes, par malignité, disent plus de mal qu’ils ne pensent d’autrui... Mais cette perfidie, même lancée à la cantonade, indispose en Principauté. Surtout si l’offense prononcée blesse le Prince souverain dans son honneur, dans sa dignité. C’est le comportement d’un SdF de 30 ans, relaté mardi à l’audience du tribunal correctionnel.

Le vendredi 11 octobre 2019 dernier, ce Niçois se fait remarquer pour sa conduite éthylique au "Sass’Café". Ivre à tomber sous la table, il perturbe les clients présents pour la soirée.

Conduit au CHPG

La direction de l’établissement de l’avenue Princesse-Grace alerte rapidement les policiers.

L’ivrogne est aussitôt transporté au CHPG pour des soins afin de calmer cette attitude bestiale qui caractérise la majorité des personnes alcoolisées. Mais au service des urgences, cet hurluberlu a des réactions étranges. Il se cogne la tête contre les murs.

Puis, certainement inconscient par l’abus de boisson, il trouve spirituels des mots plus proches de la niaiserie.

C’est une litanie de propos offensants à l’adresse du Prince souverain. Un chahut gratuit qui a subitement disparu de la mémoire de l’intéressé à l’issue de son dégrisement au cours de sa garde à vue.

Absent à l’audience, le prévenu n’a fourni aucune précision supplémentaire.

"Une attitude inqualifiable"

Mais le président Jérôme Fougeras Lavergnolle a fait un commentaire complémentaire au sujet du casier judiciaire de l’agresseur verbal.

"Cet individu n’a jamais été condamné à Monaco. En France, en revanche, c’est différent avec vingt et une mentions sur son relevé des sanctions pénales."

Quant au premier substitut Cyrielle Colle, la représentante du parquet a martelé dans ses réquisitions "une attitude totalement inqualifiable. Ce personnage a provoqué un trouble public à l’ordre monégasque. Il mérite une peine sévère de quinze jours de prison ferme."

Le tribunal, par jugement contradictoire, préférera une sanction plus clémente de 800 euros d’amende.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.