“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ivre, la conductrice essaie de mordre le policier

Mis à jour le 19/04/2016 à 05:05 Publié le 19/04/2016 à 05:05
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Ivre, la conductrice essaie de mordre le policier

Le mercredi 27 janvier 2016, vers 12 h 30, au niveau du Jardin exotique, un motard se rend compte que vous téléphonez en conduisant. Il vous fait signe, mais vous ne vous arrêtez pas !

Comme il vous poursuit, vous daignez à un moment stopper votre véhicule. Cependant, vous êtes très désagréable avec ce policier. Vous essayez même de le mordre. Il a toutes les peines à vous conduire à la Sûreté publique. Et vous avez le plus grand mal à souffler… Deux heures après les faits, enfin, on relève un taux extrêmement élevé : 2,35 g/l. Vous étiez un danger ! »

Après avoir écouté attentivement l'épisode de l'arrestation relaté par le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, Pascale, à la barre du tribunal correctionnel, reconnaît son infraction. Mais elle fait part de ses graves problèmes de santé. « Un médecin niçois me soigne et je prends des médicaments… »

Sept verres de rouge le matin

Le président, compréhensif : « Pourtant, vous avez reconnu des difficultés avec l'alcool. Alors, n'est-ce pas une mauvaise idée de boire dès le matin sept verres de vin rouge ? Certes vous n'aviez pas prévu de sortir ce jour-là. Toutefois, vous ne pouviez pas refuser d'aller chercher votre époux sur sa demande… Je note que vous n'avez jamais été condamnée. »

Le taux est hallucinant pour le procureur Cyrielle Colle qui indique au passage le taux délictuel de 0,40 g/l. « Le mélange avec les médicaments a dû avoir des effets terribles sur son comportement. D'ailleurs, le procureur général a tenu compte de ses problèmes de santé. Dès lors, la justice doit avoir une vertu pédagogique. Laissons une dernière et unique chance à la prévenue avec une peine de trois mois suivie d'une obligation de soins. »

La défense redoutait les réquisitions. « Ma cliente est dépressive depuis 2003, date à laquelle elle a perdu un fils, plaide Me Alice Pastor. Elle a fait d'innombrables séjours à l'hôpital. Il faut l'entourer car elle suit actuellement un traitement médical lourd. Évitez l'enfermement pour lui donner une chance de sortir de cette spirale infernale. »

Le tribunal acquiescera en prononçant une peine de trois mois avec sursis.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.