“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, il zigzague avec sa Porsche pour frimer

Mis à jour le 06/11/2019 à 10:37 Publié le 06/11/2019 à 12:00
Tribunal de Monaco

Tribunal de Monaco Photo archives M.-M.

Ivre, il zigzague avec sa Porsche pour frimer

Sous l’effet de l’alcool, un jeune italien friqué, gérant de société, s’est lancé dans une épreuve de vitesse avec sa Porsche sur le boulevard du Larvotto.

Comme il zigzaguait dangereusement sur la chaussée dans la nuit du 1er juillet dernier, il a été très vite repéré par les policiers, puis interpellé à Fontvieille. Contrôlé, son alcoolémie était positive: 0,85 mg/l (c’est un délit à partir de 0,40 mg/l).

À l’audience, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle a fait remarquer au prévenu qu’il roulait à très vive allure, effectuait plusieurs dépassements dangereux et franchissait allègrement la ligne blanche à quatre reprises. "Heureusement, a noté le magistrat, collision et drame éventuels avaient été évités malgré la circulation."

À la barre, le Transalpin de 30 ans a reconnu les faits. Désolé d’avoir été imprudent avec son véhicule, il se sentait pourtant en état de conduire après l’absorption de plusieurs verres de vin au cours de son dîner au Sass’Café. Quant à la vitesse, elle résultait, certes, d’une erreur de comportement.

Mais ce soir-là il était "particulièrement pressé de rejoindre le lieu d’hébergement". L’alcool, d’après ses déclarations, n’était pas en cause!

Pour le président, l’intéressé "joue sur les mots", car il a déjà été « condamné en Italie pour ivresse au volant".

"Il s’est surestimé dans sa tendance à se faire remarquer"

Toutefois, ce chef d’entreprise connaît l’existence d’un casier vierge en Principauté. Qu’importe pour le premier substitut Olivier Zamphiroff, dans ses réquisitions, son comportement est des plus dangereux.

"Il serait significatif de le toucher au portefeuille plutôt que de réclamer une peine d’emprisonnement assortie du sursis. 5.000 euros d’amende! C’est la somme adaptée pour ce délit."

Pour les autres infractions, le représentant du Parquet général a laissé aux juges le soin d’en apprécier le montant.

À écouter Me Sarah Filippi, en défense, son client cherchait plutôt à frimer! "Avec des jeunes femmes dans sa voiture, il s’est surestimé dans sa tendance à se faire remarquer. Le taux est important parce qu’il venait juste de consommer. Ne faites pas référence à sa condamnation assez sommaire en Italie. Aujourd’hui cet homme qui vit à Londres et vient de temps en temps en Principauté, assume sa faute. Suivez les réquisitions pour une peine d’amende. En revanche, limitez le quantum."

Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public en condamnant le prévenu à 5.000 euros d’amende plus 100 euros pour chacune des quatre infractions.


*Assesseurs: Florestan Bellinzona et Adrien Candau.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.