“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ivre, il tente de semer la police dans les rues de la Principauté

Mis à jour le 15/03/2015 à 20:24 Publié le 15/03/2015 à 20:14
Palais de justice de Monaco
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ivre, il tente de semer la police dans les rues de la Principauté

Gaétan est un vrai casse-cou quand il conduit sous l'emprise de l'alcool. C'est d'ailleurs à la suite d'un véritable rodéo sur les routes de la Principauté que ce Gorbarin de 20 ans a comparu devant le tribunal correctionnel, menotté, selon la procédure de flagrant délit.

Gaétan est un vrai casse-cou quand il conduit sous l'emprise de l'alcool. C'est d'ailleurs à la suite d'un véritable rodéo sur les routes de la Principauté que ce Gorbarin de 20 ans a comparu devant le tribunal correctionnel, menotté, selon la procédure de flagrant délit.

Il a écopé d'une peine de 21 jours de prison ferme pour un taux d'alcool de 1,17 mg/l, et de deux contraventions de 75 € pour les infractions au code de la route.

Le 8 mars dernier, vers 4 h 45, le jeune homme sort de La Rascasse. Très alcoolisé. Après avoir bu pas mal de cocktails à base de vodka, il prend tout de même son véhicule. Mais la police veille. Un agent tape sur la vitre pour qu'il s'arrête. Le prévenu résiste à l'injonction et s'engage sur le boulevard Albert-Ier. Emprunte le boulevard Kennedy. À la sortie du tunnel du Fairmont, un policier se met sur le bitume pour le stopper. Le conducteur le contourne et passe par l'avenue Princesse-Grace.

Les policiers déploient les grands moyens. Ils mettent leur véhicule en travers à hauteur du Grimaldi Forum afin de barrer la route au chauffard qui essaie encore de contourner l'obstacle. Il est enfin obligé de s'arrêter…

«On n'est pas passé loin de la catastrophe»

«Et vous nous dites que vous ne vous êtes pas rendu compte de la situation! s'exclame avec effroi le président Florestan Bellinzona. Vous aviez un taux d'alcool de 1,17 mg par litre d'air expiré. Soit cinq fois le taux autorisé…

- Je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête, répond le détenu. Pourtant, je n'ai pas de problème avec l'alcool.

- Étrange! On essaye de vous arrêter dès votre départ de l'établissement de nuit et vous démarrez en trombe. Vous prenez un sens interdit. Et s'il y avait eu des piétons sur le trottoir du Grimaldi Forum? Vous avez ingurgité huit verres de vodka, alors qu'à partir du second verre vous êtes déjà en contravention. Quand vous avez proposé de ramener vos amis, ils n'ont pas voulu venir avec vous. Un seul a acquiescé et il vous a demandé de vous arrêter pendant tout le temps du trajet…»

Gaétan à la tête baissée et s'excuse. Ce n'est pas suffisant pour le procureur Cyrielle Colle, particulièrement atterrée par les faits. «Il a mis en danger son ami et les policiers. L'excuse de l'alcool pour ne plus se rendre compte de ses capacités, je n'y crois pas trop. Il n'était pas tout de même en état de coma ou de somnambulisme! On n'est pas passé loin de la catastrophe. La peine sera à la hauteur du trouble occasionné: dix jours de prison ferme… Plus deux contraventions de 75 € chacune.»

L'exercice est difficile pour la défense. «La vue des gyrophares a fait paniquer mon client, plaide Me Christophe Ballerio. Ce dossier, quand on a 20 ans, n'est pas synonyme de maturité. Sa première expérience carcérale a été un électrochoc. Il a pris conscience de la gravité de son comportement. Il n'a pas d'antécédent judiciaire et il a un emploi: rendez-le accessible au sursis…»

Le tribunal doublera la peine requise par le ministère public et maintiendra les deux contraventions.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.