“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, il se met à cogner sur un videur d'un établissement de nuit

Mis à jour le 05/01/2016 à 22:43 Publié le 05/01/2016 à 22:37
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Ivre, il se met à cogner sur un videur d'un établissement de nuit

Nouvelle affaire de violences à « La Rascasse », l’établissement de nuit de la SBM, très fréquenté sur le port Hercule. Mais elle concerne cette fois l’agression, rarissime, d’un videur par un client.

Nouvelle affaire de violences à « La Rascasse », l’établissement de nuit de la SBM, très fréquenté sur le port Hercule. Mais elle concerne cette fois l’agression, rarissime, d’un videur par un client.

Mahé, un résident de Cap-d’Ail, sous l’effet de l’alcool avec un taux de 0,60 mg/l et mécontent d’être expulsé, a porté plusieurs coups au visage du vigile. À l’issue de sa comparution, menotté, devant le tribunal correctionnel l’agresseur a écopé d’une peine d’un mois de prison ferme, fractionné.

Dimanche, vers 3h30, un employé du service de surveillance de «La Rascasse» remarque une personne visée par une interdiction d’établissement.

Il lui demande de sortir. L’indésirable, ignorant la sanction, exige des explications. Les réactions se compliquent. L’intrus s’énerve et les paroles cèdent rapidement la place aux coups... de poings.

Puis l’agresseur part en direction du parking public proche pour prendre son véhicule et s’enfuir. Mais les policiers, alertés et vigilants, le cueillent à la sortie.

"C’est l’alcool ! assure le prévenu à la barre. Car cet individu m’a poussé violemment pour me jeter hors de la Rascasse. J’ai dû me défendre... Si j’étais tombé à terre, il n’aurait pas hésité à me piétiner". 

Le tribunal, peu convaincu par les explications du prévenu, inflige finalement une peine d’un mois ferme fractionné en quatre week-ends à passer en prison


La suite du direct