Rubriques




Se connecter à

Ivre, il insulte et menace trois policiers

Quand trois policiers deviennent la cible principale d’un personnage fort mécontent... La scène a eu lieu le 10 novembre dernier, aux alentours du "Before".

Jean-Marie Fiorucci Publié le 27/05/2019 à 09:30, mis à jour le 27/05/2019 à 08:31
Le Palais de justice de Monaco en voit de toutes les couleurs au fil des audiences. Photo Cyril Dodergny

Un réalisateur de cinéma, venu en Principauté pour boucler un reportage sur le footballeur Kylian Mbappé, démontrait une grande colère: il cherchait ses lunettes. Un point de vue compréhensible si l’on se réfère en supplément à une vision plus troublée encore par une sacrée cuite !

Les policiers, bienveillants, s’approchent pour le calmer, le raisonner... L’admonition aura plutôt un effet inverse: l’excitation et l’irascibilité du quinquagénaire. Il vocifère exécrations, malédictions et autres "noms d’oiseaux".

Très contrariés par cette réaction inattendue, les agents conduisent sans tarder l’individu dans une cellule de dégrisement avant de l’interroger.

"Une fois dégrisé, il ne se souvient plus de rien"

Comme le prévenu est absent à l’audience, la présidente Françoise Barbier-Chassaing commente brièvement son passage dans les locaux de la Sûreté publique. "Une fois dégrisé, les inspecteurs ont entendu ce résident marseillais le lendemain. Évidemment, il ne se souvenait plus de rien. Il n’a jamais été condamné, ni à Monaco ni en France."

 

La partie civile sera plus loquace pour décrire un monde à l’envers.

"L’affaire peut paraître atypique, observe Me Hervé Campana. Mais il faut surtout retenir la banalité affligeante. L’intéressé, complètement ivre, menace les agents de leur mettre une correction. En garde à vue, au lieu de s’excuser une fois dégrisé, il ne se souvient de plus rien. Le manque de respect est inadmissible: trois policiers assermentés ont été copieusement insultés. Le délit est constitué. Croyez-moi, les fonctionnaires attendent toujours un niveau élevé dans les dérapages verbaux pour déposer plainte. N’oublions pas que ces personnes en tenue sont là pour agir et faire respecter l’ordre."

"Inadmissible de tancer aussi vertement les policiers"

L’avocat réclamera la somme de 300 € pour chaque plaignant. Aucune pensée divergente se glissera dans les réquisitions du premier substitut Olivier Zamphiroff.

 

"La scène des outrages fait suite à une altercation brutale. Si chaque myope qui cherche ses lunettes devait s’énerver avec autant de véhémence, combien se trouveraient écartés du fil de la vie... Cet homme a été sorti de l’établissement proche sans que l’on sache ce qui lui était reproché. Toutefois, il est inadmissible de tancer aussi vertement les policiers. Prenez en considération cette affaire et infligez au prévenu une amende conséquente assortie du sursis."

Le tribunal ira beaucoup plus loin: 3.000 € d’amende, plus une contravention à 50 euros et le versement de 300 euros réclamés par chacun des demandeurs.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.