“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, il fracasse la voiture de luxe qu'il allait acheter

Mis à jour le 09/08/2018 à 07:24 Publié le 09/08/2018 à 07:24
L'homme a réduit à l'épave sa future Audi RS6.

L'homme a réduit à l'épave sa future Audi RS6. Photo Flickr

Ivre, il fracasse la voiture de luxe qu'il allait acheter

Le tribunal correctionnel lutte, à sa manière, contre les dérives de la canicule en réprimant vertement les assoiffés de boissons alcoolisées.

Le tribunal correctionnel lutte, à sa manière, contre les dérives de la canicule en réprimant vertement les assoiffés de boissons alcoolisées. C'est le cas d'un ressortissant canadien, âgé de 34 ans et résidant en Principauté. Il a comparu, menotté, lundi, à l'audience de flagrance pour avoir conduit, samedi dernier, un véhicule en état d'ivresse sur la route de la Piscine.

La sanction sera relativement sévère avec dix jours avec sursis et 3.000 euros d'amende plus une contravention à 45 euros. Que s'était-il passé cette nuit-là?

Vers 3h50, au volant d'une "Audi RS6", il a encastré sa voiture dans les blocs de béton qui fixent l'emplacement du nouveau musée de l'Automobile, au niveau du premier "S" dénommé virage "Louis Chiron".

Blessé au poignet, le conducteur était soigné au CHPG. Entretemps, les infractions relevées par les policiers, alertés, sont légion: perte de contrôle, refus de se soumettre au test d'alcoolémie, insubordination...

Quant au break allemand, presque à l'état d'épave, il était remisé dans un parking. Dommage pour une berline phénoménale de quelque 560 CV et au tarif de base annoncé à 130.000 euros! Une somme que le conducteur devra pourtant verser à son ami vendeur.

Ce dernier, pilote de F1, ne se contentera pas de reprendre uniquement les clés...

"Votre vitesse devait être excessive pour déclencher l'airbag"

Au cours des débats, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle s'étonne d'un tel comportement et s'interroge sur la quantité d'alcool absorbé. "Trois verres de vin au dîner pris au Sass' Café et trois ou quatre vodkas...", répond le prévenu avec de bons sentiments, devenus irritants à force de les exagérer par la suite.

Le magistrat prend un air dubitatif... "Vous vous sentiez en état de conduire? Votre vitesse devait être excessive pour déclencher l'airbag!"

L'intéressé reconnaît son erreur. Mais il assurait ne pas rouler "à plus de 40 km/h. C'est une grosse voiture et je n'y étais pas habitué. L'impact a été violent. Je suis choqué."

Aurait-il été également inconscient de ne pas se soumettre au test de dépistage de son alcoolémie?

"On aurait pu connaître votre taux et peut-être vous auriez évité d'être à cette place dans le box…", précise le président. "J'étais encore sous le choc! Je n'ai pas compris réellement les raisons du prélèvement et l'utilité de souffler. Entre énervement et ivresse, je ne savais plus quoi faire. Mais je reconnais les faits et je n'ai jamais été condamné. Je m'excuse... Je regrette... Je ne conduirai plus après avoir bu..."

Outre le leitmotiv de boire jusqu'à l'ivresse, c'est aggraver le risque d'accident, le premier substitut Olivier Zamphiroff est révolté de constater que "ce Monsieur n'avait pas l'impression de mériter cette procédure. Parce qu'il a le soutien de personnalités de la F1? Même s'il est un sujet honorable, même s'il s'estime avoir été très coopératif, c'est mérité.

Ce n'est pas parce qu'on a une vie professionnelle très chargée entre réunions, voyages en avion, gestion d'une société et autres mouvements d'affaires qu'il faut éviter de sanctionner! Vous aller le condamner, pour une première fois, à une peine de quinze jours, assortie du sursis, et une amende. Comme je ne suis pas cadenassé par la perte de la voiture vous fixerez le montant à 2.000 euros et la contravention à 45 euros."

La défense enrage! "Sur le refus de se soumettre au dépistage, s'écrie Me Thomas Brezzo, au retour dans les locaux de la Sûreté publique, on n'a pas proposé à mon client de souffler à nouveau. On vient de lui confier un projet de course à Abu-Dhabi de 600 millions d'euros. Il y a beaucoup de pression entre l'organisation et la réalisation d'un circuit. Cela peut paraître normal d'être dérouté par un week-end de détention à la maison d'arrêt quand on n'a jamais commis d'infraction. Enfin, il lui faudra acheter le véhicule et subir le coût dispendieux des réparations... Clémence!"

Profitera-t-il d'une prime à la casse? Le tribunal assortira peine et amende afin de les rendre conformes aux conditions d'une condamnation méritée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct