“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, il force la barrière d'un parking… pour 1,50€

Mis à jour le 14/08/2018 à 08:19 Publié le 14/08/2018 à 08:25
Le prévenu avait déjà été condamné pour vols, escroqueries, stupéfiants...

Le prévenu avait déjà été condamné pour vols, escroqueries, stupéfiants... Photo Michael Alesi

Ivre, il force la barrière d'un parking… pour 1,50€

Le trentenaire avignonnais, en vacances à Beausoleil, affirme que la barrière refusait de s'ouvrir. Habitué à conduire sans permis, il a écopé de deux mois avec sursis et 1.500€ d'amende.

Un chef d'entreprise français de 32 ans voulait-il s'affranchir des frais de parking - soit... 1,50€ - en forçant la barrière du parc de stationnement du Larvotto? Si ce résident d'Avignon, en vacances à Beausoleil, rusait pour ne pas payer la faible redevance, il avait surtout abusé de boisson alcoolisée.

Lundi dernier, vers 5h10, le conducteur de 32 ans sortait des lieux avec sa Peugeot de location après avoir consommé plusieurs vodkas au Jimmy'z et au Twiga. Soit une alcoolémie de 1,43 gramme par litre de sang.

Les policiers, que le gardien avait alertés des dégâts occasionnés, interpellaient le chauffard, ivre et sans permis de conduire valide, sur la place du Casino, grâce aux images de la vidéosurveillance…

Treize mentions sur son casier

Le prévenu vient de comparaître, menotté, à l'audience de flagrance, où le tribunal correctionnel l'a condamné à une peine de deux mois de prison avec sursis, 1.500€ d'amende, 500€ de contravention, et au versement de 210€ à la partie civile. D'emblée, son conseil a réclamé la nullité des poursuites.

"Le volume des prélèvements sanguins doit être de 12cm3, précise Me Thomas Brezzo. Or, il est constaté deux flacons contenant chacun 5cm3, et au laboratoire, la quantité relevée est de 3cm3. Évitez de requalifier les faits en conduite en état d'ivresse manifeste..." Le tribunal n'acquiesce pas.

"Combien avez-vous bu de verres?", demande le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. Le prévenu limite le nombre à trois. "Comment est-ce possible?, s'irrite le magistrat. Au cours de la garde à vue, vous en annoncez six! Pourquoi avez-vous pris la décision de prendre votre véhicule? Puis vous vous faites arrêter, et vous n'avez plus de points sur votre permis."

Le détenu reconnaît les faits, mais il ne se souvient plus exactement de la manière dont cela s'est passé… "Je participais à une soirée anniversaire avec des amis. Quand j'ai décidé de rentrer à Beausoleil, je me sentais en état de conduire. Je vois encore la barrière du parking qui ne voulait pas s'ouvrir. Au bout d'un certain temps, j'ai décidé de le faire par moi-même! Je regrette…"

Le président note treize mentions sur le casier français pour vols, outrages, falsifications de chèques, recels de vols, stupéfiants, escroqueries, conduite sans permis… "Vous conduisez toujours sans permis?", lance-t-il. "Habituellement, se défend l'intéressé, c'est ma compagne qui est au volant. J'ai voulu utiliser le véhicule cette fois pour faire quelques kilomètres…"

"Tourisme judiciaire"

Malgré cette attitude de componction, le procureur général adjoint Hervé Poinot fouaille le prévenu: "Sauf erreur, Monsieur s'est lancé dans un tourisme judiciaire. Il ne lui manque plus que le palais de justice de Montpellier. Pour sa profession, il n'hésite pas à entreprendre des trajets sans permis et alcoolisé. Il était bien ivre, avec des yeux brillants et l'haleine chargée remarqués par le policier. Deux mois avec sursis et deux amendes de 45€ et 250€."

C'est trop pour la défense! "Malgré son palmarès, mon client a agi ainsi par stupidité. Il reconnaît sa consommation d'alcool. Toutefois, si on regarde la fiche, le taux aurait pu être contraventionnel. Faites droit à la nullité des examens…"

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public pour la peine.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.