Ivre, il emboutit une voiture dans un parking à Monaco: un jeune Roquebrunois condamné

Le 19 mars 2022, vers 1 heure du matin, un jeune homme au volant d’une Renaut Twingo percutait une Volkswagen en manœuvrant dans les allées du parking des Pêcheurs. Il a récemment condamné par le tribunal correctionnel de Monaco.

Article réservé aux abonnés
Jean-Marie Fiorucci Publié le 09/11/2022 à 08:30, mis à jour le 09/11/2022 à 10:35
A l'audience, le prévenu n'a aucun souvenir du "choc". Photo Sébastien Botella

On peut imaginer l’effroi du propriétaire au moment de retrouver son véhicule endommagé, alors qu’il était normalement stationné dans ce parc très fréquenté, accolé au Rocher. Faut-il croire pour autant à une simple imprudence? Loin de là, quand on a pris le soin de noter les raisons de ce contact brutal avec une berline allemande, évoquées par le tribunal correctionnel de Monaco.

L’ivresse. C’est l’infraction retenue et reprochée à un intérimaire-manutentionnaire de 21 ans, résidant à Roquebrune-Cap-Martin. Ce soir-là, le conducteur avait absorbé chopes, coupes, verres et multiplié les tournées. Autant de gorgées qui ont provoqué une alcoolémie de 0,82 mg/l.

Le président Jérôme Fougeras Lavergnolle s’est inquiété de cette immersion exagérée dans la boisson.

"Comment pouviez-vous tenir le volant en toute quiétude en étant aussi imbibé de bière, de vodka et autres spiritueux?" Le prévenu a reconnu naïvement qu’il avait déjà fait le trajet Monaco-Roquebrune dans cet état pour retourner chez lui. "Mais j’ai dû revenir en Principauté pour ramener un ami à son domicile à la suite de son appel. Vous parlez d’un choc? Je n’ai aucune souvenance..." En revanche, les policiers avaient rapidement constaté que ce salarié d’une agence spécialisée dans les travaux temporaires était en état d’ivresse manifeste.

Une ébriété confirmée par un contrôle qui révélait un niveau plus de trois fois supérieur à la norme maximale autorisée au volant. D’où la réflexion judicieuse du substitut Emmanuelle Carniello après avoir stigmatisé la dangerosité de l’enivrement au volant qui a occupé l’audience de la matinée. "Vous ne pouvez pas vous permettre d’être un danger pour les autres. Vous avez fait le mauvais choix et vous risquez de finir en prison. Comme c’est la première fois, je requiers 600 euros d’amende et l’interdiction de conduire sur le territoire monégasque pendant six mois."

Sans avocat et pour assurer sa défense, le prévenu a fait part de son parfait état au niveau de la conduite.

Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public et réduit l’interdiction de conduire en Principauté à trois mois justes.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.