“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, il emboutit le mobilier urbain

Mis à jour le 05/11/2018 à 07:16 Publié le 05/11/2018 à 07:15
La place du Casino, à Monaco.

La place du Casino, à Monaco. Photo M.A.

Ivre, il emboutit le mobilier urbain

Un commis italien d’un hôtel de luxe de Monte-Carlo a certainement oublié pour un instant fourneaux, poêles, casseroles, cuissons, ingrédients… Il s'est retrouvé devant le tribunal correctionnel de Monaco.

 Ce 28 mai, il a largement dépassé la quantité conseillée de deux verres d’alcool. Il s’est retrouvé devant le tribunal correctionnel pour conduite en état d’ivresse avec un taux de 0,95 mg/l. Et une note salée: 2.000 euros d’amende plus une contravention à 45 euros!

Que s’est-il passé cette nuit-là? Vers 1h30, sur la place du Casino, à Monaco, une Audi A5, à la sortie d’un virage, percute une poubelle et un lampadaire. Quand les policiers arrivent, alertés par le bruit, ils constatent l’ivresse du conducteur. Par chance, il n’est pas blessé.

"Avec ce taux, on comparaît détenu"

À la barre, le jeune homme est penaud quand le président Jérôme Fougeras Lavergnolle lui demande ce qu’il a bu. "Quatre vodkas Red bull à La Brasserie. C’était le dernier jour du Grand Prix. J’étais fatigué. Je suis désolé…"

Un peu de morale suit. "Rendez-vous compte, professe le magistrat, vous retourniez chez vous à Vintimille. Sur le trajet vous auriez pu blesser des gens et vous-même. Quand on a quatre journées d’une activité intense pendant cette période, on est vite harassé de travailler. Il faut plus se reposer que boire…"

Le prévenu jure que "c’est la première et dernière fois que cela (lui) arrivera…"

Pour le procureur Alexia Brianti, "avec ce taux, on comparait normalement détenu. Monsieur a eu de la chance… Mauvais choix, mauvais réflexe, car il était conscient d’avoir trop bu. Heureusement, il n’y a que des dégâts matériels. Un drame aurait pu se produire en n’étant pas maître de sa conduite. Tenez compte de l’absence d’antécédent: dix jours assortis du sursis et une contravention à 45 euros."

Le tribunal transformera les réquisitions du ministère public en peine d’amende.


La suite du direct