“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ivre, il emboutit dix scooters et prend la fuite en plein cœur de la Principauté de Monaco

Mis à jour le 14/01/2021 à 10:13 Publié le 14/01/2021 à 09:31
"Je n’ai pas l’habitude de boire", s’est défendu le prévenu. Un peu mince.

"Je n’ai pas l’habitude de boire", s’est défendu le prévenu. Un peu mince. Photo Monaco-Matin

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Ivre, il emboutit dix scooters et prend la fuite en plein cœur de la Principauté de Monaco

En pleine nuit, un conducteurs en état d'ébriété emboutit dix scooters en stationnement avant de prendre la fuite à Monaco. Déjà condamné pour conduite en état d'ivresse à deux reprises en France, le prévenu écope d'une peine de prison.

Un Parisien, en vacances sur la Côte d’Azur, a fait un passage très remarqué en Principauté. Le 30 septembre dernier, dans la période où les bars n’étaient plus contraints par l’embargo de la pandémie, cet agent immobilier, enivré jusqu’à plus soif, a embouti dix scooters en stationnement sur le boulevard Princesse-Grace.

Averti par un boucan de tôles froissées vers 1h30, le gardien du "Bahia" a juste constaté un amas de deux-roues enchevêtrés. Il a aussitôt relayé l’information à la Sûreté Publique. Car l’auteur de ce télescopage monstre avait pris la fuite…

"Un taux de 0,94 mg/l"

Mais les enquêteurs ont des affidés dévoués, discrets et certifiés: les caméras de vidéosurveillance! Les images en corrélation avec la tranche horaire ont affiché sur l’écran un véhicule Porsche dont l’avant présentait de larges traces de dégradations.

Le bolide remontait ensuite l’avenue des Spélugues et stationnait à proximité du "Tip Top". Une visite dans l’établissement s’imposait. Les policiers vont savoir par recoupement à quel client appartenait la voiture de location. Attablé avec un verre d’alcool, un homme de 31 ans présentait tous les signes de l’ivresse…

"Vous aviez un taux de 0,94 mg/l, note à l’audience le président Jérôme Fougeras Lavergnolle. Vous méconnaissiez les risques de l’alcool au volant. Il fallait adapter votre comportement. Car vous aviez bu quatre verres de rosé à Beaulieu au cours de la soirée, puis trois coupes de champagne au Monte-Carlo Bay! Alors, avez-vous embouti oui ou non les dix scooters? Pendant votre garde à vue vous n’aviez guère d’acuité d’esprit pour expliquer l’accident, ni celle d’avoir pris la fuite. Aujourd’hui; avec le recul et la lucidité retrouvée, qu’en est-il?"

Si le prévenu n’avait aucune souvenance à l’époque des faits devant les services de police, à la barre, il ne conteste plus le carambolage et son escapade. "Je n’ai pas l’habitude de boire. J’ai contacté l’assurance…"

Moue et sourires du président: "Vous êtes pourtant un récidiviste avec deux condamnations en France, en 2013 et 2017, toujours pour conduite sous l’empire d’un état alcoolique." Face à la consommation excessive d’alcool, le premier substitut Julien Pronier a bien d’intention de sanctionner cet état d’ivresse manifeste.

Déjà deux condamnations

"Vous avez pris la fuite, constate-t-il sur un ton retentissant. Monsieur n’a pas assuré les conséquences de ses actes. Seulement après avoir pris conscience de la gravité des faits, vous avez reconnu l’accident. Les parties civiles ne sont pas à l’audience.

Mais j’espère que les tractations avec l’assureur sont en cours. Après deux condamnations, il apparaît important de lui placer une épée de Damoclès au-dessus de sa tête: trois mois avec sursis, 600 euros pour le délit de fuite et un an d’interdiction de conduire en Principauté."

Le tribunal a ramené respectivement les sanctions à un mois et 500 euros pour la conduite en état d’ivresse et la fuite. L’interdiction de conduire en Principauté reste inchangée.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.