“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ivre, il dévalise l'employeur qui l'a licencié pour se venger à Monaco

Mis à jour le 08/09/2014 à 10:52 Publié le 08/09/2014 à 08:39
Palais de Justice de Monaco4
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Ivre, il dévalise l'employeur qui l'a licencié pour se venger à Monaco

Un homme est poursuivi devant le tribunal correctionnel pour être entré dans un restaurant de Monaco, au matin, afin d'y dérober boissons et victuailles.

Un homme est poursuivi devant le tribunal correctionnel pour être entré dans un restaurant de Monaco, au matin, afin d'y dérober boissons et victuailles.

Puis d'avoir conduit un véhicule avec un taux d'alcool de 0,82 mg par litre d'air expiré. Comparaissant selon la procédure de flagrant délit et menotté, ce célibataire de trente ans a été condamné à dix jours de prison ferme.

Dimanche dernier, vers 9 h 30, le policier en faction, pas loin de la pharmacie Campora, voit arriver une Porsche Cayenne à très vive allure. Le conducteur est aussitôt emmené à la Sûreté publique pour un test de dépistage d'alcoolémie suivi d'une visite en règle du véhicule.

« Outre votre ivresse, indique le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle, les agents remarquent un sac avec des bouteilles de vin, champagne et nourriture. Vous déclarez les avoir pris dans un restaurant. Pourquoi ? » Le détenu acquiesce.

« Victuailles et boissons ont été prises par vengeance ! Cet ancien employeur m'avait fait des promesses… Pour me licencier le 5 juillet 2014. Alors, je suis retourné où je travaillais pour me dédommager. »

Le président, surpris par la réponse, relève également « une condamnation pour homicide involontaire dans un accident de la route. » Le magistrat n'ira pas plus loin. Le prévenu fond en pleurs : « J'y pense tous les jours… »

Si le taux est moins important par rapport aux dossiers évoqués précédemment à l'audience, le procureur Aline Brousse n'en minimise par pour autant le comportement. « Le fait d'aller voler chez votre ancien employeur avec les clés du restaurant que vous avez conservées, c'est grave. On reste responsable de ses actes. Ajouté à l'ivresse, ça mérite dix jours de prison ferme. »

Me Alice Pastor essaiera de brouiller l'image de l'intention délictueuse.

« À Monaco, un emploi, c'est sacré ! Or, son employeur lui a fait croire à une embauche pour le mettre dehors sans explication. Sa situation n'a jamais été régularisée. Mon client habite Beausoleil et va très mal. Il est pressé de tourner la page. Ne prononcez pas une peine disproportionnée par rapport à l'infraction ! »

À l'heure du délibéré, le prévenu clamera : « Ne me faites pas faire de la prison… » Mais le tribunal suivra les réquisitions du Ministère public.

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.