“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, il attrape un policier par les parties génitales

Mis à jour le 17/01/2019 à 20:07 Publié le 17/01/2019 à 20:04
L'homme s'apprêtait à prendre le volant.

L'homme s'apprêtait à prendre le volant. Photo archives Monaco-Matin

Ivre, il attrape un policier par les parties génitales

Un Beausoleillois a été condamné par défaut pour un comportement d’une rare violence.

Du comptoir de bar à la barre du tribunal correctionnel… La distance a été infranchissable pour un Beausoleillois sans emploi. Le quinquagénaire devait comparaître pour avoir outragé, menacé de mort quatre policiers et surtout maltraité un des fonctionnaires en l’attrapant par les testicules après un excès de boisson.

D’ailleurs, l’absence du prévenu a donné lieu à des propos caustiques de la part du président Florestan Bellinzona: "Pour cet homme sans profession, la recherche d’un travail a certainement dû le retenir et l’empêcher d’être présent à cette audience…"

Menaces de mort

Le 9 août dernier, sur la route de la Piscine, il peut remercier le ciel d’avoir été remarqué par les agents. Très éméché, il s’apprêtait à prendre le volant de son véhicule avec un ami pour le raccompagner.

Bienveillants, les policiers s’approchent pour le dissuader de démarrer et de conduire, car il venait juste de sortir d’un établissement de nuit sur le port Hercule. Pareil conseil déclenche une violente colère. L’individu s’emporte au point de fulminer avec véhémence et d’insulter copieusement des fonctionnaires.

Il profère même des menaces de mort. Cette fois, c’en est trop. Ce personnage irascible, interpellé, refuse de sortir du véhicule. Quand les agents le tirent de force hors de l’habitacle, il se débat, attrape les parties génitales d’un des hommes en tenue et essaie de saisir la matraque télescopique d’un autre.

Que de difficultés pour transporter cet énergumène jusque dans les locaux de la rue Suffren-Reymond, pourtant à deux pas, et le faire entrer dans la cellule de dégrisement…

"Ses esprits enfin retrouvés, poursuit le magistrat, ce Beausoleillois n’est pas atteint par l’habituelle amnésie éthylique. Il se souvient vaguement de son comportement et de ses propos injurieux."

Invités à s’exprimer, les policiers constitués parties civiles ont reconnu qu’ils avaient rarement été confrontés à un individu avec un caractère aussi impétueux. « On est souvent compréhensif devant des personnages alcoolisés, devaient-ils ajouter. Mais dans ce cas, c’était beaucoup trop pour laisser passer. »

Me Hervé Campana, leur conseil, rappelle: "Ces hommes de la Sûreté publique n’ont jamais été confrontés à un tel niveau d’excitation, d’outrages, de menaces, de rébellions. Avec une abnégation démontrée, ils expriment leur qualité de victimes et pour tout préjudice ils sollicitent chacun l’euro symbolique."

"Violence inouïe"

Le procureur Alexia Brianti n’apprécie pas non plus que "le prévenu ne soit pas présent pour répondre des faits caractérisés par une violence inouïe.

Il était tellement ivre qu’il ne tenait même pas debout. Les policiers sont intervenus dans le cadre de leur fonction afin que ce personnage ne prenne pas le volant. Sa réponse? Un refus d’obtempérer. Le 25 mars 2015, une conduite en état d’ivresse avec délit de fuite vient augmenter la gravité des faits. Vous condamnerez le prévenu à deux mois d’emprisonnement ferme."

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct