Rubriques




Se connecter à

Ivre et sans permis, elle conduisait la voiture de son père: 800 € d'amende

A vingt ans on a un autre regard sur le monde ! Et malheureusement sur la consommation de boissons... Comme cette jeune étudiante italienne. Le soir du 2 septembre dernier, elle accompagne son dîner festif entre amis d'abondantes libations aux « Twiga », « SAS Café » et « Méridien ».

J.-M. F. Publié le 26/09/2016 à 05:10, mis à jour le 26/09/2016 à 05:10
Le tribunal de Monaco.Illustration Palais de Justice de Monaco
Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Au fil des vodkas, elle sombre dans le naufrage de l'ivresse et, inconsciente du danger, elle prend le volant de la puissante cylindrée de son père... sans permis ! Évidemment, elle a fini devant le tribunal correctionnel avec une peine de 800 euros d'amende et une contravention à 45 euros.

« A Monaco, les distances n'empêchent pas d'aller à pied ou de prendre, au pire, un taxi, estime le président Florestan Bellinzona. Pourquoi décidez-vous de conduire un véhicule puissant et lourd, en sachant que vous êtes en infraction ? »

La demoiselle assure pourtant avoir tout prévu pour ne pas prendre le volant. « Un ami est venu me chercher avec son auto. Mais il a refusé de conduire au retour. Alors j'ai décidé d'emprunter la voiture... »

 

Au président de rajouter : « Un véhicule de police vous avait prise en chasse... Quand les agents vous arrêtent enfin devant votre immeuble, c'est pour vous conduire à la Sûreté publique. Or, ils constatent que vous êtes ivre. Avec un taux d'alcoolémie de 0,68 mg/l. Et vous n'avez jamais passé le permis... »

Un peu déconcertée, la prévenue se veut rassurante : « Je prends pourtant des cours pour apprendre... »

Sans laisser finir la phrase, le magistrat complète avec une pointe d'ironie : « Cela risque de durer un moment... Vous n'avez jamais été condamnée... ». Dans son réquisitoire, le procureur général Jacques Dorémieux dissipe un antécédent judiciaire dû à une homonymie et réclame une peine d'amende. La défense, enfin, reconnaîtra que l'étudiante a commis une énorme bêtise.

« Ma cliente est venue de Londres, souligne Me Stéphane Megyeri pour assister à cette audience. Elle a cédé aux intentions de son ami et son jugement a basculé, sans oublier le tort causé à son père. La leçon a été comprise. Alors clémence... » Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.