“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre et interdite de séjour: huit jours de prison ferme

Mis à jour le 26/08/2016 à 05:04 Publié le 26/08/2016 à 05:04
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Ivre et interdite de séjour: huit jours de prison ferme

Incorrigible et fougueuse Carmen ! Cette Roumaine de 34 ans a certainement tous les traits et le tempérament de l'héroïne de Prosper Mérimée. Sans profession, elle vivote grâce aux subsides versés par le père de son enfant qui demeure en Principauté.

Cette femme fait l'objet d'une mesure de refoulement depuis le 27 novembre 2012. Pour voir son fils, elle a bravé l'interdiction de territoire, aggravée par un taux d'alcool de 1,19 mg/l.

La prévenue s'est retrouvée, menottée, devant le tribunal correctionnel qui l'a condamnée à huit jours de prison ferme.

«Je viens pour voir mon enfant»

Lundi dernier, vers 4 heures, les policiers sont informés d'un différend à l'hôtel Fairmont Monte-Carlo. Les agents trouvent une femme furibonde et ivre qui s'est querellée avec un homme pour une histoire de taxi. Tout n'est pas très clair dans ses explications. D'autant que la version diffère quand le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle la somme de donner les véritables raisons de cette altercation et de sa présence à Monaco.

« C'est un malentendu à cause d'un véhicule stationné devant le palace. Il s'agissait de mon ex-compagnon, également ivre… Je savais que je n'avais pas le droit de me trouver ici. Mais je viens régulièrement pour voir mon enfant… »

Le magistrat relève alors : « Vous avez déjà fait l'objet de sanctions de même nature. Mais en faisant pareil grabuge, la tolérance ne peut être appliquée ! »

Sans trop d'émotion, la détenue insiste sur son « départ pour Londres mardi 30 août avec un ami. J'étais venue pour expliquer la situation au père de mon petit afin qu'il me laisse le voir. Cela dit, je n'ai aucun problème avec l'alcool ».

Des circonstances qui font réagir le procureur Cyrielle Colle. « Cet enfant, de nationalité monégasque, a été placé en famille d'accueil car le père est sous tutelle. Mais Madame habite au domicile de son ex-compagnon tous les jours, malgré l'interdiction. Cette nuit-là, saoule et violente, elle a causé un trouble à l'ordre public et elle a agressé un couple de touristes. Si cette dame avait conservé son calme, la mesure aurait été suspendue. Avec une peine de cinq jours ferme, elle pourra partir à Londres et y tenter sa chance. Vous y ajouterez 60 € d'amende pour l'état l'ivresse. »

Me Raphaëlle Svara plaidera la clémence en réclamant le sursis. « Ma cliente reconnaît les faits. Malgré les divers tapages constatés, il n'y a eu aucune procédure en Principauté. Son désir c'est de partir en Angleterre pour ne plus remettre les pieds à Monaco… »

Le tribunal alourdira les réquisitions du ministère public, et ajoutera 75 € d'amende.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct